Share on Facebook

6 choses que vous ignorez de l’épilepsie

Parmi les maladies chroniques du système nerveux, l’épilepsie serait la plus fréquente. Voici ce que vous devez savoir sur cette maladie.

1 / 7

Maladie neurologique chronique, l’épilepsie est causée par -l’hyperactivité électrique de certaines zones cérébrales. Les crises, parfois très impressionnantes, se manifestent le plus souvent par des convulsions, pertes de connaissance, chutes, automatismes des gestes.

Crédit photo: Thinkstock

2 / 7
1. Diagnostic.

1. Diagnostic.

Un bilan neurologique complet avec scanner ou imagerie par résonance magnétique (IRM) permet de repérer et prévenir les facteurs favorisant les crises: manque de sommeil, alcool, jeux vidéo…

Crédit photo: Thinkstock

3 / 7
2. Causes.

2. Causes.

Elles sont diverses: d’origine génétique (mais pas nécessairement héréditaires) ou dues à une lésion cérébrale.

Crédit photo: Thinkstock

4 / 7
3. Traitement.

3. Traitement.

Il s’agit de stabiliser l’activité électrique des neuroneset de limiter les effets secondaires.Le traitement varie selon letype d’épilepsie (localisée ou généralisée). -Il faut parfois essayer plusieurs médicaments avant de trouver celui qui sera efficace et bien toléré. -En cas d’échec, on y associe d’autres antiépileptiquesou l’on tente des médicaments plus récents (gabapentine, topiramate, tiagabine, lévétiracétam, etc.). Un dosage sanguin de ces molécules détermine la dose adéquate.

Crédit photo: Thinkstock

5 / 7
4. Chirurgie.

4. Chirurgie.

En cas d’épilepsie réfractaire aux traitements, une ablation de la zone du cerveauqui déclenche les crises peut être envisagée.

Crédit photo: Thinkstock

6 / 7
5. Dès l'enfance.

5. Dès l’enfance.

Les épilepsies de l’adulte remontent à l’enfance ou l’adolescence; elles n’auraient–en fait pas guéri. Les petits ne se souviennent pas de leurs crisesqui durent moins de 10 secondes.

Crédit photo: Thinkstock

7 / 7
6. Vie sociale.

6. Vie sociale.

L’épilepsie fait craindre au malade une véritable exclusion sociale. À l’école, au sport, personne ne veut prendre le risque de gérer une éventuelle crise. Pourtant, de plus en plus d’activités sportives sont permises aux épileptiques, sous certaines conditions. Ils peuvent même conduire si les crises ne se sont pas reproduites pendant un laps de temps. Renseignez-vous auprès de votre médecin.

Crédit photo: Thinkstock