Share on Facebook

L’anxiété automnale est bien réelle: pourquoi l’automne est-il anxiogène?

Les feuilles colorées, le retour du temps frais, les moustiques qui font relâche, les citrouilles et les pulls: il n’est pas surprenant que la saison préférée de nombreux Nord-américains. Or, un nombre important de personnes éprouvent une véritable anxiété automnale, explique la psychologue Carrie Landin.

1 / 14
Qu'est-ce que l'anxiété automnale?Photographee.eu/Shutterstock

Qu’est-ce que l’anxiété automnale?

L’anxiété automnale signifie l’augmentation de l’inquiétude, de la peur et d’autres émotions négatives liées au changement des saisons. Il y a énormément de choses à apprécier en automne, mais il y a aussi beaucoup d’événements qui se produisent généralement entre les mois de septembre et décembre qui peuvent susciter de l’inquiétude, en particulier chez les personnes déjà sujettes à l’anxiété, dit Landin.

2 / 14
Les deux sources de l'anxiété automnale.BUNDIT BINSUK / EYEEM/GETTY IMAGES

Les deux sources de l’anxiété automnale

Ce phénomène est le résultat de changements physiques qui affectent les produits chimiques du cerveau et de changements environnementaux qui affectent la vie quotidienne, dit Kimberly Asner-Self, conseillère professionnelle agréée en santé mentale à l’École des sciences de la santé au Collège Touro à New York.

Assurez-vous de savoir comment prévenir la dépression saisonnière sans médication.

3 / 14
Les changements physiques peuvent provoquer de l'anxiété automnale.FTiare/Shutterstock

Changements physiques

Lors du changement saisonnier, le temps de luminosité quotidien diminue ce qui déclenche des changements chimiques dans le cerveau chez certaines personnes, dit Asner-Self. «Il y a des preuves que dans l’hémisphère nord du cerveau, pendant l’automne, les humeurs sont affectées. Moins de clarté et de soleil entraîne une baisse des niveaux de sérotonine, de noradrénaline et de dopamine, les neurotransmetteurs qui contrôlent les émotions», dit-elle.

«Au fur et à mesure que ces neurotransmetteurs chutent, le corps réagit en augmentant les niveaux de cortisol, «l’hormone du stress», libérée dans des situations où le corps perçoit une menace. Lorsqu’il y a plus de cortisol libéré que nécessaire, la personne devient anxieuse. Ces changements chimiques entraînent des symptômes physiques, notamment des troubles du sommeil, des symptômes de dépression et une anxiété accrue, note-t-elle.

Ensemble, ces changements chimiques et ces symptômes physiques sont connus sous le nom de trouble affectif saisonnier (TAS) – ou encore sous le nom de dépression saisonnière. Ce terme décrit l’importante baisse d’humeur qui peut survenir pendant les mois d’automne et d’hiver.

Il est à noter que beaucoup de gens associent le TAS à une cause de dépression sans réaliser qu’il englobe également des symptômes d’anxiété, estime Asner-Self.

N’hésitez pas à suivre ces conseils de psychologues sur le trouble affectif saisonnier (TAS).

4 / 14
Les changements environnementaux peuvent provoquer de l'anxiété automnale.Maryana Kankulova/Shutterstock

Changements environnementaux

Ce ne sont pas que les heures d’obscurité interminables qui affectent le moral. Les changements dans l’environnement social ou physique provoqués par l’automne peuvent aussi provoquer une «anxiété d’anticipation», dit Landin.

«Lorsque nous savons qu’il y a un potentiel stress à venir, nous avons tendance à anticiper les problèmes et à être anxieux avant même qu’ils ne surviennent, dit Landin. «Il est très courant que les gens ressentent cette anxiété d’anticipation pendant l’automne, car ils anticipent la multitude de facteurs de stress qui accompagnent le temps plus froid, la période des Fêtes et la fin de l’année», dit-elle.

Il est également possible de ressentir de l’anxiété d’anticipation par rapport à des activités plutôt positives, comme voir de la famille ou partir en vacances. «L’automne est une période lors de laquelle beaucoup d’activités amusantes ont lieu et cela peut être déroutant lorsque nous nous sentons à la fois excités et anxieux. Cette confusion peut conduire à de l’anxiété», dit Landin.

5 / 14
Apprivoiser l'anxiété automnale.everst/Shutterstock

Apprivoiser l’anxiété automnale

Confronter l’anxiété automnale signifie d’identifier vos anxiogènes personnels et d’élaborer un plan pour les gérer avant qu’ils ne commencent à être accablants ou hors de contrôle, conseille la psychothérapeute agréée Mayra Mendez.

Pour vous aider à déterminer vos sources d’anxiété cet automne, certains experts nomment les anxiogènes les plus courants et partagent des conseils pour apprendre à les gérer.

Apprenez à mieux gérer le stress et l’anxiété grâce à ces trucs.

6 / 14
La rentrée scolaire peut être une source de stress pour les enfants.Leszek Glasner/Shutterstock

Anxiogène: le début d’une nouvelle année scolaire

Une nouvelle année scolaire suscite beaucoup d’enthousiasme, mais elle apporte également son lot de responsabilités supplémentaires, en particulier pour les parents, d’autant plus en pleine pandémie, dit Mendez. «Les élèves et leurs parents ont maintenant des engagements supplémentaires à respecter et des dépenses de plus, ce qui peut être très angoissant», dit-elle.

Comment faire: déterminez dès maintenant «le nécessaire» et «l’agréable», puis utilisez vos ressources limitées afin d’atteindre vos priorités, dit Mendez. Par exemple, votre enfant voudra peut-être s’inscrire à trois activités parascolaires, mais il est peut-être préférable de limiter les activités parascolaires pendant la pandémie…

7 / 14
La perte de liberté que procurait l'été peut provoquer de l'anxiété automnale.Photographee.eu/Shutterstock

Anxiogène: la perte de liberté que procurait l’été

Fini l’ambiance détendue de l’été! Le retour à un horaire strict à l’automne peut être une source d’anxiété, dit Landin.

Comment faire: planifiez des pauses régulières et de futures vacances pour avoir des choses auxquelles vous accrocher, dit-elle. Même si vous ne faites que rêver, recentrer votre esprit sur le positif aidera à réduire votre niveau d’anxiété.

Faites attention à ces choses du quotidien qui peuvent déclencher l’anxiété!

8 / 14
Utilisez des huiles essentielles pour soigner le rhume ou la grippe.sheff/Shutterstock

Anxiogène: la saison du rhume et de la grippe avec la COVID-19

Entamer la saison du rhume et de la grippe est stressant avec la pandémie de COVID-19 qui bat son plein! De nombreuses personnes éprouvent une anxiété extrême à l’idée de tomber malade cet automne, dit Mendez.

Comment faire: «Prenez soin de vous! Les soins personnels sont importants, à la fois pour votre santé mentale que pour renforcer votre système immunitaire», remarque-t-elle. Un sommeil suffisant, de l’exercice et une alimentation saine sont essentiels. Mais n’oubliez pas d’ajouter quelques bains moussants et quelques lattés aux épices d’automne à votre routine.

9 / 14
Vos chaussures sont des nids à bactéries!VITALINKA/SHUTTERSTOCK

Anxiogène: le manque de clarté et de soleil

Accepter que le manque de clarté soit une source d’anxiété et savoir que cette dernière a une explication physiologique peut vous aider mentalement, dit Asner-Self.

Comment faire: faites de votre priorité absolue la lumière du soleil, dit-elle. Faire une randonnée à l’extérieur vous permettra de profiter du soleil, de l’air frais et de faire de l’exercice. Quoi de mieux pour le moral?

Lorsque vous êtes plus pressé par le temps, s’asseoir devant une lampe de luminothérapie pendant 30 minutes peut être bénéfique. Si cela ne suffit pas, parlez à votre médecin des solutions disponibles pour traiter le TAS.

Visionnez ces photos illustrant parfaitement les couleurs d’automne au Québec et au Canada!

10 / 14
Mythe: on perd sa libido après 50 ans.HALFPOINT/SHUTTERSTOCK

Anxiogène: les prochaines vacances

«L’isolement, les problèmes familiaux, les exigences professionnelles, les problèmes de santé et les problèmes d’argent peuvent tous se conjuguer pour transformer les vacances en période très stressante de l’année. Pourtant, nous devrions tous être remplis de joie», estime Landin.

Comment faire: planifiez les évènements d’avance autant que possible. Établissez un budget, achetez des cadeaux d’avance et établissez des menus, dit Mendez. «Après cela, il ne vous reste plus qu’à apprendre à dire non et de tracer des limites fermes sur ce que vous pouvez et sur ce que vous ne pouvez pas faire pendant cette saison», dit-elle.

11 / 14
L'automne est la saison des couleurs.Ditty_about_summer/Shutterstock

Anxiogène: la fin de l’année

L’automne est la saison des évaluations de rendement de fin d’année! En voyant ce que vous avez accompli pendant l’année et les objectifs que vous n’avez pas réussi à atteindre, il est normal de ressentir beaucoup d’anxiété. «Beaucoup de gens ont l’impression d’avoir échoué lorsque la fin de l’année approche et qu’ils réalisent que beaucoup de tâches ne seront pas réalisables», dit Mendez.

Comment faire: La fin de l’année est un moment de l’année et une date sur le calendrier, rien de plus. «Rien ne vous empêche de continuer à travailler sur vos objectifs ou de vous en fixer de nouveaux à tout moment», dit-elle. «Déterminer une date limite arbitraire n’est pas nécessaire et augmente le niveau de stress.»

Voici comment mieux gérer le stress et l’anxiété durant les fêtes.

12 / 14
Le paradoxe de Match.com.BBERNARD/SHUTTERSTOCK

Anxiogène: la période des Fêtes

L’automne est la saison des partys de bureau, des dîners de Noël avec la famille élargie, des fêtes d’Halloween et de nombreuses autres sorties saisonnières. Puisque le temps se refroidit, il est normal de vouloir passer davantage de temps à se réunir à l’intérieur avec les êtres qui nous sont chers, mais pour les introvertis ou les personnes souffrant d’anxiété sociale, «c’est leur pire cauchemar», lance Landin.

Comment faire: «C’est parfaitement correct de refuser une invitation», dit Mendez. «Choisissez quelques rassemblements qui vous semblent importants ou amusants, puis n’allez pas aux autres.» De toute manière, les restrictions et le confinement qu’impose la COVID-19 sont toujours en vigueur dans de nombreux endroits, limitant le nombre de personnes pouvant se rassembler.

13 / 14
Soyez réaliste dans vos résolutions pour éviter la déprime.selinofoto/shutterstock

Anxiogène: l’absence de congés

La période entre la fête du Travail (le premier lundi de septembre) et Noël (fin décembre) est l’une des plus longues périodes sans jour férié! Cela signifie environ 15 semaines de travail sans interruption – une période où l’anxiété s’accumule semaine après semaine sans pause, dit Mendez.

Comment faire: trouvez des raisons de célébrer – cela peut être n’importe quoi, du choix d’une fête moins connue, comme la Journée mondiale du cacao et du chocolat (1er octobre), à ​​l’invention de votre propre fête, en passant par l’organisation d’une fête d’anniversaire pour votre chien.

Faites attention à ces signes qu’il est temps de prendre des vacances!

14 / 14
Les petites choses qui nous exaspèrent font partie des chicanes de couple.VK STUDIO/SHUTTERSTOCK

Anxiogène: l’anticipation des problèmes

Arrêter d’anticiper les problèmes est l’une des meilleures choses que vous puissiez faire pour réduire votre anxiété automnale.

«Vous ne pouvez gérer que le moment présent. Vous ne pouvez pas vous projeter dans l’avenir et le gérer d’avance», dit Landin. «Pratiquez la pleine conscience afin de rester concentré sur le présent. Vous détournerez ainsi votre attention de vos inquiétudes et de ce qui «pourrait» arriver, pour le recentrer sur ce qui se passe réellement dans le moment présent.»

Lorsque des pensées anxieuses commencent à s’embrouiller dans votre esprit et que vous commencez à anticiper de mauvaises choses, portez attention à quelque chose qui vous ancre dans le moment présent, comme votre respiration, et restez concentré jusqu’à ce que vous vous sentiez relâché, termine-t-elle.

Renseignez-vous sur les petits gestes rapides à poser pour arrêter de stresser.

Contenu original Reader's Digest