Share on Facebook

La vérité sur le diabète

Novembre est le mois de la sensibilisation au diabète. Voici ce que vous devez savoir sur cette maladie sans cesse en expansion

1 / 5
Diabète: faits et statistiquesShutterstock

C’est quoi le diabète?

Le diabète est une maladie complexe qui a des causes multiples et sans remède connu. Il se définit par des niveaux anormaux de glucose (sucre) dans le sang, ce qui peut entraîner des complications graves comme la crise cardiaque, l’accident vasculaire cérébral, l’insuffisance rénale et même l’amputation, généralement d’un pied ou d’une jambe. Le diabète est un problème mondial et, au Canada, l’impact se fait sentir dans toutes les communautés. Si vous n’avez pas le diabète, il y a de fortes chances que quelqu’un l’ait dans votre famille ou dans votre cercle d’amis.

À l’heure actuelle, plus de neuf millions de Canadiens, soit un sur quatre, vivent avec le diabète ou le prédiabète : ce chiffre devrait passer à un sur trois en 2020. Il est important que les Canadiens se renseignent sur les trois différents types de cette maladie pour savoir s’ils sont à risque.

2 / 5
Le type 1

Le type 1

Environ 10 % des personnes atteintes ont un diabète de type 1. Bien que la cause du diabète de type 1 reste inconnue, on considère que les personnes ayant des antécédents familiaux de diabète sont exposées à un risque plus élevé de développer la maladie. Cela commence habituellement à l’enfance et survient lorsque le corps est incapable de produire de l’insuline, une hormone qui contrôle le taux de glucose dans le sang.

Les personnes atteintes ont besoin d’un traitement à l’insuline, qui peut être administré par un stylo injecteur, une seringue ou une pompe. Le nombre d’injections d’insuline nécessaires par jour, de même que le synchronisme et le dosage, varient. Les personnes atteintes de diabète de type 1 doivent maintenir leur taux de glycémie dans les limites des valeurs cibles. Pour mesurer ces valeurs, ils peuvent utiliser un glucomètre portable qui fonctionne habituellement en piquant le bout du doigt pour en tirer une goutte de sang. Jusqu’à ce qu’on trouve un remède pour le diabète de type 1, ce rituel durera toute une vie.

Il y a une fausse conception voulant que le diabète soit causé par une surconsommation de sucre ou qu’il résulte d’une mauvaise alimentation ou d’un manque d’activité physique. Même s’il est vrai qu’une alimentation saine et de l’activité physique peuvent aider à prévenir ou retarder le diabète de type 2, dans le cas du diabète de type 1, il n’existe aucun moyen de prévention.

3 / 5
Le type 2

Le type 2

C’est le type le plus commun chez les Canadiens. Environ 90 % des victimes sont touchées par le type 2, qui survient lorsque le pancréas ne produit pas suffisamment d’insuline ou quand l’organisme n’utilise pas efficacement l’insuline qu’il produit. En conséquence, le sucre s’accumule dans le sang au lieu d’être utilisé comme énergie.

Le diabète de type 2 survient habituellement à l’âge adulte, même si on diagnostique un nombre croissant d’enfants et d’adolescents dans les populations à haut risque (comme les Africains, les Asiatiques, les Hispaniques ou les Autochtones originaires d’Asie du Sud). Les complications sont les mêmes pour les deux types de diabète.

Les personnes touchées peuvent se voir prescrire des médicaments antidiabétiques, dont l’insuline. Ces gens peuvent aussi devoir surveiller leurs taux de glucose sanguin. Le nombre de fois nécessaires pour tester ces niveaux varie selon les individus.

Vous avez peut-être déjà entendu le terme « prédiabète ». Il survient lorsque les niveaux de glucose dans le sang d’une personne sont élevés, mais pas encore suffisamment pour être diagnostiqué comme diabète de type 2. Environ 50 % des personnes atteintes de prédiabète vont développer un jour le diabète de type 2.

Le diabète de type 2 n’est pas simplement une maladie due au mode de vie. D’autres facteurs de risque tels que l’âge (40 ans et plus), les antécédents familiaux, l’ethnicité et d’autres problèmes de santé augmentent également le risque de développer ce type de diabète. Alors qu’un mode de vie sain est bénéfique pour tout le monde, cela est particulièrement important pour les personnes qui sont à risque élevé en raison de facteurs génétiques ou héréditaires. Pour réduire le risque de diabète de type 2, il faut modifier ses habitudes : consommer plus de fruits et de légumes frais de même que des produits céréaliers à grains entiers, limiter la taille des portions et augmenter l’activité physique pour maintenir un poids santé.

4 / 5
Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel

C’est le troisième type de diabète. C’est un état temporaire qui se développe pendant la grossesse. Les niveaux de glucose dans le sang reviennent habituellement à la normale après l’accouchement, mais la mère et l’enfant sont plus à risque de contracter un diabète de type 2 plus tard dans la vie.

5 / 5
Il y a de l'espoir

Il y a de l’espoir

Même si les diabètes de types 1 et 2 entraînent de graves complications, il y a de l’espoir, puisque les personnes aux prises avec la maladie peuvent faire beaucoup pour rester en bonne santé. Les stratégies de gestion comprennent de travailler avec une équipe de soins de santé, d’avoir une alimentation saine, d’être actif et d’en apprendre le plus possible sur la maladie. Avec de bons soins et une gestion adéquate, les personnes diabétiques peuvent mener une vie active, autonome et dynamique.

Pour plus d’information, visitez fightingdiabetes.ca.

Sur le même sujet :
Que faire si vous avez le prédiabète?
5 conseils pour prévenir le diabète de type 2
Comment vivre avec le diabète?