Share on Facebook

Six questions à vous poser avant d’acquérir un oiseau de compagnie

Vous avez décidé de plonger et de vous acheter un oiseau de compagnie? Voici quelques points à considérer avant de ramener votre nouvel ami à plumes.

1 / 7

Prendre soin d’un oiseau représente un défi un peu plus grand que de prendre soin d’un chat ou d’un chien.

2 / 7

Quelle est la meilleure race d’oiseaux pour vous ?

À titre de débutant, qu’est-ce qui vous séduit vraiment dans la perspective d’avoir un oiseau, demande Nancy Peterson, spécialiste de ces questions auprès de la The Humane Society of the United States, établie à Washington (D.C.).

« Les canaris et les pinsons sont renommés pour leur chant, leurs coloris et leur vivacité, déclare-t-elle. La calopsitte élégante convient peut-être mieux si vous recherchez un véritable animal de compagnie. Mais si vous voulez un oiseau qui parle beaucoup, alors, pensez à un perroquet. »

Le docteur Kristin L. Nelson, DMV, de Scottsdale (Arizona), ne recommande pas de donner un oiseau à un enfant de moins de six ans à cause des risques de blessures tant pour l’animal que pour l’enfant.

« Pour les enfants de 7 à 12 ans, je suggère une perruche ondulée, une calopsitte élégante ou un inséparable. Il est préférable de réserver les perroquets aux adultes et aux adolescents, conclut-elle. »

3 / 7

Êtes-vous en mesure de subvenir à ses besoins ?

Il y a le prix d’achat ou d’adoption. En outre, vous devrez acheter une cage, la plus grande que vous puissiez loger, de la nourriture et des suppléments de qualité, des accessoires et des jouets pour oiseaux et enfin assumer des frais de vétérinaire, déclare Nancy Peterson. L’addition de toutes ces dépenses peut atteindre les centaines et même les milliers de dollars par an, selon la race et la santé de l’oiseau.

« Un régime bien équilibré peut coûter cher, surtout si vous voulez fournir à votre oiseau d’excellents aliments organiques, riches en vitamines, déclare Jennifer Miller, réceptionniste à l’urgence de l’International Fund for Animal Welfare, Yarmouth Port (Mass.).

4 / 7

Êtes-vous prêt à assumer vos responsabilités ?

« La prise en charge réussie d’un oiseau exige beaucoup de patience et de dévouement, surtout si l’oiseau est de bonne taille, déclare Alison Minton de New-York, propriétaire d’une calopsitte élégante. Il faut nettoyer la cage régulièrement et renouveler l’eau et la nourriture au moins une fois par jour. »

Les oiseaux exigent des soins spécialisés et le dévouement d’un maître qui comprend les sensibilités physiques et psychiques de tous les types d’oiseaux, ajoute Jennifer Miller.

« Les soins exigés par un oiseau peuvent être très différents de ce que demande un chien ou un chat, dit Jennifer Miller. L’oiseau est naturellement très actif et demande à voler. Certes, la captivité altère son comportement naturel, mais il réclame instinctivement de l’attention, de la stimulation mentale et de la compagnie dans un milieu stable. »

Cela implique qu’il faut le laisser voler en dehors de sa cage le plus longtemps possible, déclare Jennifer Miller. « Pour être heureux, sociable et en bonne santé, l’oiseau a besoin de voler dans la maison et d’entrer en relation avec ceux qui y vivent. »

Ce qui plus est, certains oiseaux, comme les aras, les toucans, les conures et les cacatoès, peuvent vivre 50 ans et plus et les petits oiseaux peuvent avoir une espérance de vie de plus de 10 ans, déclare Nancy Peterson.

« Un propriétaire responsable doit s’assurer que son oiseau aura toujours un gardien, quitte à le mentionner dans son testament, ajoute Alison Minton, ou à prévoir un plan de rechange, par exemple une fiducie qui serait en charge de l’oiseau. »

En outre, si vous prévoyez faire de longs séjours loin de la maison, vous devrez vous faire remplacer par un gardien d’oiseau qui lui fournira les soins essentiels, dit Jennifer Miller.

5 / 7

Avez-vous la maison qu’il faut ?

Analysez objectivement votre logement et les conditions de vie que vous offrirez à l’oiseau, déclare Jennifer Miller.

« Si vous vivez dans un petit condo ou un logement unifamilial et que vous avez du mal à consacrer une demi-pièce à votre oiseau, il vaudra peut-être mieux choisir un plus petit sujet dont la cage entre aisément dans la chambre ou à côté du divan, explique Jennifer Miller. L’endroit idéal, c’est une pièce calme, bien éclairée, offrant une vue sur l’extérieur et une bonne aération. »

Avant de choisir un oiseau, « déterminez quel est le seuil tolérable de bruits dans votre maison, précise Kristin Nelson. Les perroquets aiment crier de temps à autre – c’est un comportement naturel, surtout à l’aube et au crépuscule. Si vous-même, votre famille ou vos voisins, vous ne pouvez tolérer le bruit, procurez-vous un petit oiseau. Aux gens en appartement, je recommande un pinson, une perruche ondulée, une calopsitte élégante ou un inséparable. »

6 / 7

Pouvez-vous assurer à votre oiseau une vie saine et sûre ?

Il est essentiel de connaître les symptômes par lesquels un oiseau manifeste qu’il est malade et de « trouver un vétérinaire spécialisé dans la médecine aviaire, déclare Nancy Peterson. « Il faut aussi voir si l’oiseau ne souffre pas de psittacose, maladie bactérienne contagieuse, avant de le faire entrer chez vous. »

Dans leur propre intérêt, « les oiseaux doivent être protégés contre le vent, les chats, les chiens, les vandales, le soleil et les maladies transmises par des oiseaux sauvages, » déclare Nancy Peterson.

N’ayez pas d’oiseau si vos animaux de compagnie peuvent le menacer ou l’effrayer, ajoute Jennifer Miller.

En outre, soyez prêt à protéger votre oiseau contre des dangers courants dans une maison, comme la fumée produite par des aliments calcinés ou un four surchauffé, des ustensiles de cuisine non antiadhésifs, la fumée de tabac, sans parler des fixatifs à cheveux, des pesticides, des produits de nettoyage pour la maison et autres aérosols, conclut Nancy Peterson.

7 / 7

Où achèterez-vous votre oiseau ?

« Quand vous achetez un oiseau dans une animalerie, vous courez le risque d’encourager les usines à oiseaux, déclare Nancy Peterson. Si vous êtes décidé à l’acheter chez un éleveur, trouvez-en-un à proximité et visitez ses installations pour juger de leur qualité. »

Le Dr. Greg Harrison, DVM, de West Palm Beach (Floride), est en faveur de cette idée ; il estime qu’il est préférable d’acheter son oiseau chez un éleveur ayant de bonnes références. Pour vous assurer que vous avez un oiseau en santé, faites affaire avec un éleveur spécialisé dans la race que vous avez choisie. Il pourra vous recommander un vétérinaire, mais un vétérinaire aussi peut vous recommander un éleveur.

Greg Harrison énumère les qualités qu’il faut rechercher chez l’éleveur idéal :

  • Il élève un petit nombre de sujets
  • Il se spécialise dans quelques espèces  
  • Il ne mélange pas de gros perroquets avec de petites espèces comme les calopsittes élégantes, les inséparables et les perruches ondulées
  • Il choisit les sujets avec l’intention de maximiser les traits caractéristiques de l’oiseau
  • Il ne vend que des perroquets déjà séparés de leur mère et nourris à la main
  • Il vend ses oiseaux directement aux clients et non par l’intermédiaire d’animaleries ou de foires animales
  • Il élève ses oiseaux sur des granules

 

  Reproduit avec la permission de WebVet, LLC. On peut trouver cet articule ou d’autres renseignements utiles aux propriétaires d’animaux de compagnie sur le site de www.webvet.com.