Respecter les traditions de l’élevage bovin au Canada et en instaurer de nouvelles en matière de durabilité

Les Canadiens pourraient être surpris de voir ce à quoi ressemble le quotidien de la famille de Jeanne White, éleveuse de bovins à Claresholm, en Alberta. Même Jeanne admet que ses ancêtres seraient, eux aussi, surpris.

Les Canadiens pourraient être surpris de voir ce à quoi ressemble le quotidien de la famille de Jeanne White, éleveuse de bovins à Claresholm, en Alberta.Crédit photo: McDonald’s Canada
«En 1892, voulant vivre une nouvelle expérience, mon arrière-grand-père a quitté son travail dans la construction navale à Québec pour aller s’établir dans les Prairies», déclare Jeanne.

Cette vie dans l’Ouest a commencé par un pâturage destiné aux chevaux de la Police montée du Nord-Ouest. La ferme d’élevage étant transmise de génération en génération – chaque génération ayant fait face à une période d’incertitude quant à son exploitation future – la famille a fait évoluer l’entreprise au même rythme que l’industrie agricole.

L’arrière-grand-père de Jeanne est né et a grandi au Québec. Lorsqu’il était jeune homme, il a travaillé dans la construction navale. Voulant vivre une nouvelle expérience, il a tout quitté et a acquis sa première exploitation bovine en 1892. À l’époque, des chevaux destinés à la police montée paissaient sur sa terre.

Maintenant, l’exploitation de la famille White est une ferme d’élevage de bétail principalement exploitée par Jeanne elle-même, en tant que quatrième génération, ainsi que par ses deux filles et son fils, tous âgés de moins de 20 ans (en plus de quelques employés). La ferme d’élevage exploite un troupeau de quelques centaines de vaches et travaille à obtenir sa certification de la Table ronde canadienne sur le bœuf durable (TRCBD). Ce qui signifie qu’elle fera l’objet d’une vérification (par une tierce partie), validant sa conformité aux normes qui définissent les pratiques en matière d’approvisionnement durable dans cinq domaines prioritaires, établis par la TRCBD: les ressources naturelles, les gens et la collectivité, la santé et le bien-être des animaux, les aliments et l’efficacité et l’innovation. En pratique, cela signifie que l’exploitation emploie un ensemble évolutif de méthodes innovantes et respectueuses de l’environnement. Cela permet également d’assurer la santé et la viabilité des terres et un traitement sans cruauté des animaux.

La ferme d’élevage de la famille White est l’une des nombreuses exploitations de la communauté des éleveurs canadiens ayant soutenu les pratiques en matière d’approvisionnement durable afin d’induire un changement positif dans l’industrie du bœuf. Et, contribuer à faire avancer la production de bœuf durable dans les fermes d’élevage comme celle de Jeanne White est un objectif très important de McDonald’s du Canada depuis un certain temps.

McDonalds's: les Canadiens pourraient être surpris de voir ce à quoi ressemble le quotidien de la famille de Jeanne White, éleveuse de bovins à Claresholm, en Alberta.Crédit photo: McDonald’s Canada

McDonald’s du Canada est l’un des membres fondateurs de la TRCBD et collaborait déjà avec les producteurs et éleveurs canadiens, comme la famille White, avant même la fondation de la TRCBD en 2014, pour élaborer des normes de production du bœuf durable au Canada. Récemment, l’entreprise a annoncé qu’une portion (au moins 30%) du bœuf utilisé pour ses sandwichs Quart de livre provient de fermes et de ranchs certifiés durables par la TRCBD.

Soutenir notre avenir

«Il y a assurément un avenir pour mes enfants et leur génération de s’investir dans le mouvement de la durabilité de l’agriculture», déclare Jeanne. Elle ajoute que de voir des marques de l’envergure de McDonald’s du Canada s’engager dans l’industrie du bœuf a été extrêmement encourageant. «Cela nous donne beaucoup d’espoir de voir qu’une entreprise de l’envergure de McDonald’s travaille d’arrache-pied avec les éleveurs pour s’engager à obtenir de meilleurs résultats pour les animaux, l’environnement et nous tous.»

En tant que l’une des entreprises achetant le plus de bœuf haché au Canada, McDonald’s respecte son engagement de servir des pâtés de bœuf faits de bœuf canadien à 100% et, en collaboration avec la TRCBD, elle a fait progresser la durabilité dans l’industrie canadienne du bœuf. Pour continuer à favoriser le changement, l’industrie du bœuf canadien a établi cette année de nouveaux objectifs sur dix ans visant à traiter les enjeux entourant les gaz à effet de serre et le piégeage du carbone, la santé et le bien-être des animaux ainsi que l’utilisation des terres et la biodiversité, et collabore pour les atteindre. D’autres objectifs entourant l’eau, la santé et la sécurité des êtres humains, la qualité du bœuf et l’hygiène alimentaire ainsi que la technologie suivront bientôt.

La ferme d’élevage de bovins de 2020

Comme beaucoup d’entre nous se sont détachés du secteur agricole dans le monde moderne, peu de gens ont une idée précise de ce à quoi ressemble une ferme d’élevage contemporaine ou connaissent son fonctionnement. Pour Jeanne, exploiter une ferme d’élevage durable en 2020 signifie se tenir au fait des plus récentes innovations dans le domaine des sciences et technologies agricoles.

«Les types d’outils dont nous disposons actuellement pourraient en surprendre plusieurs. Je peux utiliser une appli sur mon téléphone pour surveiller le troupeau – pas seulement son emplacement, mais aussi son état de santé», déclare White. Elle ajoute que leurs outils ne sont pas le seul élément nouveau, leurs méthodes ont également changé.

«Un beau ruisseau traverse notre ferme d’élevage, mais ce n’est pas toujours la principale source d’eau du bétail. Nous contrôlons son accès et traçons des modèles de pâturage de façon saisonnière pour minimiser les effets sur l’environnement.»

Ces choix durables ont souvent l’avantage supplémentaire d’être moins intensifs sur le plan physique. Une grande partie du travail sur la ferme étant effectuée par Jeanne et ses enfants, ils sont enclins à chercher des solutions plus éclairées et durables qu’ils peuvent maintenir eux-mêmes.

«Nous sommes plus au fait que jamais des effets, autant positifs que négatifs, que peuvent avoir nos décisions en tant qu’individus, mais également en tant qu’élevage, et nous évoluons constamment, déclare Jeanne. Mais je ne bénéficie pas de la même portée ni de la même aide que la plus importante chaîne de restaurants du monde, alors je suis reconnaissante de ce soutien!»

Cette année, McDonald’s du Canada a annoncé que, depuis le mois de septembre 2020, une portion (au moins 30%) du bœuf utilisé pour ses sandwichs Quart de livre provient de fermes et de ranchs certifiés durables par la TRCBD.

Popular Videos