Les phytostérols : sont-ils vraiment efficaces?

Les aliments enrichis en stérols végétaux sont en train d’apparaître dans les magasins d’alimentation canadiens. Peuvent-ils effectivement protéger la santé de notre cœur?

Les phytostérols : sont-ils vraiment efficaces?

Les rayons des supermarchés locaux regorgent plus que jamais de produits soi-disant bénéfiques pour la santé. Voulez-vous savoir quelles sont les dernières nouveautés? Un yogourt et une margarine auxquels on a ajouté des composés formés de stérols végétaux, aussi appelés phytostérols, qui allèguent leur efficacité sur la diminution du taux du mauvais cholestérol. Une innovation fort intéressante pour plusieurs, car, au-delà de 40 pour cent de Canadiens ont un taux de cholestérol élevé, ce qui augmente le risque de développer une maladie cardiaque. Alors, les aliments enrichis en stérols végétaux sont-ils réellement efficaces? Nous vous invitons à lire la suite, si vous souhaitez aller au cœur du problème.

Du nouveau sur les stérols végétaux

En mai 2010, Santé Canada a permis aux aliments enrichis en stérols végétaux, dont les  allégations santé confirment « leur réduction du taux de cholestérol », de pénétrer les supermarchés canadiens. Le yogourt probiotique Astro BioBest et la margarine réduite en calories Becel® pro.activ® sont les premiers produits enrichis ayant fait leur apparition sur les tablettes. Santé Canada a de plus approuvé l’ajout d’aliments enrichis en stérols végétaux aux tartinades, aux sauces pour salade, et aux jus de fruits et de légumes. Plusieurs aliments enrichis, déjà disponibles aux États-Unis et en Europe, sont autorisés par  les organismes de règlementation depuis au-delà cinq ans.

Rôle des stérols végétaux

Les stérols végétaux sont un groupe de molécules naturelles dont la structure chimique est proche de celle du cholestérol, un acide gras essentiel utilisé par notre corps pour produire les hormones et les membranes cellulaires. Nous en comptons au moins deux-cent-cinquante variétés dans les aliments que nous consommons chaque jour, notamment, les huiles végétales, les graines, les noix, les céréales et les légumineuses, les légumes et les fruits. En raison de leurs bienfaits thérapeutiques chez l’humain, les stérols végétaux sont des composés très utilisés par l’industrie agroalimentaire. En effet, ceux-ci diminuent le taux de cholestérol LDL (ou mauvais cholestérol) dans le sang en agissant sur son absorption dans l’intestin grêle, sans pour autant agir sur le taux de cholestérol HDL (aussi appelé « bon cholestérol »). Le cholestérol LDL peut entraîner la formation d’une plaque sur la paroi interne des artères (athérosclérose) et accroître le risque de développer une maladie cardiaque et un accident cérébrovasculaire.

Fondements scientifiques des stérols végétaux

Les bénéfices pour la santé des stérols végétaux sont reconnus depuis les années 1950. Ils ont été les premiers à jouer un « rôle décisif dans la mise au point des aliments fonctionnels », annonce l’expert en phytostérols, Mohammed Moghadasian, professeur agrégé au département des sciences de la nutrition humaine de l’Université du Manitoba. On effectue depuis le milieu des années 1990 des douzaines d’essais cliniques aléatoires visant à contrôler l’effet des aliments enrichis en stérols végétaux sur les lipides sanguins, y compris le cholestérol LDL. Une étude pivot, publiée dans la revue médicale New England Journal of Medicine, révèle une diminution du taux de cholestérol d’environ 14 pour cent chez un groupe de participants ayant consommé quotidiennement, pendant un an, entre 1,8 et 2,6 g de margarine enrichie en stérols végétaux. Par ailleurs, chez les participants du groupe témoin n’ayant pas consommé de margarine enrichie, le taux de cholestérol LDL n’a diminué que de 1 pour cent. D’après le professeur Moghadasian, les stérols végétaux font baisser d’environ 10 pour cent en moyenne les taux de cholestérol LDL.

Alors, les stérols végétaux réussissent-ils à freiner les maladies cardiaques? Dans son étude menée sur les rats, Mohammed Moghadasian a montré qu’ils réduisent jusqu’à 50 pour cent le risque d’athérosclérose, un fait qui n’a pas encore été corroboré par la recherche chez l’humain. Cependant, les chercheurs estiment qu’une réduction de 10 pour cent du taux de cholestérol LDL suffirait à diminuer d’au moins 20 pour cent le risque de maladie cardiovasculaire à long terme.

Y a-t-il des risques à consommer des stérols végétaux ?

Les données recueillies aux États-Unis et en Europe, où l’ajout de stérols végétaux dans les aliments est admis depuis bientôt dix ans, démontre que ces composés sont inoffensifs. La consommation maximale quotidienne fixée par Santé Canada est de 3 g chez l’adulte et de 1 g chez l’enfant. Toutefois, le ministère n’encourage pas la consommation de stérols végétaux chez la femme qui allaite et chez l’enfant. Ce n’est pas pour des raisons de sécurité mais parce que leurs effets réducteurs du taux de cholestérol sur ces derniers n’ont pas encore fait l’objet d’une étude approfondie. Pour les personnes atteintes de sitostérolémie, une maladie héréditaire rare, la consommation d’aliments additionnés de stérols végétaux est contre-indiquée.  En effet, leur absorption dans le sang peut causer l’augmentation du cholestérol et l’apparition d’une maladie cardiaque à un âge relativement précoce.

Sources des stérols végétaux

La consommation de stérols végétaux, présents dans les aliments entiers, fait désormais partie d’un régime alimentaire normal qui a des effets positifs sur les taux de cholestérol. Une étude réalisée en 2004, visant à observer leurs effets sur le cholestérol LDL, indique une corrélation entre la quantité absorbée et la baisse de ce dernier dans le sang. D’autres études précisent que nous consommons à peine 300 mg par jour, une quantité nettement inférieure aux 2 g par jour jugés nécessaires par les spécialistes pour diminuer le risque de maladies cardiaques. Selon certaines études, un apport dépassant 2 g par jour n’aurait que très peu d’effets additionnels appréciables. L’apport en stérols végétaux dans les aliments autorisé par Santé Canada ne peut dépasser 1 g par portion. Une ou deux portions sont donc nécessaires pour atteindre la quantité quotidienne recommandée.

Ajout de stérols alimentaires : pour qui?

Des études ont révélé que les stérols végétaux seraient plus avantageux pour les personnes atteintes d’un taux de cholestérol moyennement élevé, souligne Mohammed Moghadasian. Des données solides montrent que la prise des stérols végétaux et de médicaments  hypocholestérolémiants, telles les statines, associée à un changement du mode de vie, réduit le cholestérol LDL bien mieux qu’aucune de ces thérapies à elle seule. Une étude rédigée par David Jenkins, de la chaire de recherche du Canada sur la nutrition et le métabolisme, s’est intéressée aux effets conjoints de stérols végétaux et des aliments réducteurs du cholestérol. Il résulte que la consommation d’aliments enrichis en stérols végétaux, notamment, les fibres solubles, les protéines de soya et les noix, peut diminuer le cholestérol LDL de 28 à 35 pour cent, un taux équivalent à celui pouvant être obtenu par des médicaments réducteurs du cholestérol. Si votre médecin vous a annoncé que votre taux de cholestérol est élevé, demandez-lui s’il vous conseille d’ajouter à votre régime alimentaire des aliments enrichis en stérols végétaux. Toutefois, précise Mohammed Moghadasian, si votre cholestérol est normal, ceux-ci ne vous seront d’aucune utilité. Pour mieux contrôler votre taux de cholestérol, faites davantage d’exercices, surveillez votre poids et apportez de simples changements à votre alimentation, en réduisant, par exemple, votre consommation de graisses saturées.

Popular Videos