Share on Facebook

Produits bios : 8 aliments à acheter dès maintenant

Nous avons demandé à des experts l’heure juste sur les produits bios : quand faut-il préférer l’aliment biologique, et quand peut-on s’en tenir aux articles classiques et économiser un peu sur nos factures d’épicerie?

1 / 5

Les bienfaits des produits bios sur la santé

Acheter bio paraît une évidence. Les aliments biologiques tendent à avoir un impact plus faible sur l’environnement, et la main de l’homme est plus souvent utilisée dans leur production.

Qu’en est-il des avantages des produits bios pour la santé?

Une méta-analyse publiée l’été dernier dans le British Journal of Nutrition, recoupant 343 études dans des régions différentes, a conclu que les aliments de culture biologique contenaient, en moyenne, 20 à 25 % plus d’antioxydants et qu’ils avaient des concentrations inférieures en cadmium et en pesticides. Ce dernier point est primordial si vous êtes enceinte ou avez des enfants, car les enfants pourraient être plus affectés par les pesticides en raison de leur plus petit poids et parce que nous ne savons pas tout sur les effets à long terme des pesticides. Mais – et c’est un gros « mais » – on ne peut nier le coût élevé des aliments biologiques. Pour donner un sens à tout cela, nous avons fait quelques recherches pour vous aider à faire des choix abordables.

 

Découvrez d’autres articles sur la nutrition.

2 / 5

Mangez bio…

Le bœuf
Il y a plusieurs bonnes raisons de choisir le bœuf biologique. D’une part, le type de maïs avec lequel on nourrit les vaches élevées de façon classique est traité avec des néonicotinoïdes, insecticides dont on dit qu’ils tuent les abeilles et déclenchent une cascade de problèmes environnementaux. Les vaches biologiques sont élevées en pâturage : elles mangent donc de l’herbe et d’autres plantes qui leur permettent de ruminer et qui sont des aliments naturels pour elles, ce qui n’est pas le cas avec le maïs; elles sont ainsi en meilleure santé. Cette viande est également meilleure pour nous, selon des recherches récentes de l’Université de Toronto : les scientifiques ont découvert qu’il y avait un ratio plus élevé d’acides oméga-3 anti-inflammatoires par rapport aux oméga-6 dans la viande et les produits laitiers du bœuf nourri au champ. Enfin, le bœuf bio ne contient ni antibiotiques ni hormones de croissance, il est donc moins exposé aux bactéries résistantes aux médicaments.

Les pêches
Le Groupe de travail sur l’environnement (EWG) et l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) disent que ce fruit estival contient de nombreux résidus de pesticides. Attendez qu’il soit en saison : vous n’aurez probablement pas à payer beaucoup plus cher pour acheter des pêches biologiques.

Les pommes de terre
L’ACIA rapporte que les pommes de terre contiennent plusieurs résidus de pesticides. (Cependant, la quantité engrangée par les pommes de terre est décente par rapport à la limite maximale de résidus.) « Les pommes de terre ont quelques parasites persistants », dit Mary Ruth McDonald, directrice du programme de recherche de l’Université de Guelph sur les systèmes de production végétale, ce qui peut expliquer la nécessité de faire des pulvérisations de produits chimiques. Pour des raisons similaires aux pommes, le bio est un bon choix.

3 / 5

Préférez aussi ces aliments bios…

Les bananes
La culture conventionnelle des bananes exige une quantité massive de pesticides. Grâce à sa pelure protectrice, le fruit ne contient pas de nombreux pesticides, mais les cultures traditionnelles avec de grandes quantités de produits chimiques présentent un risque pour l’environnement local et pour les travailleurs des plantations.

Les bleuets
Les bleuets cultivés aux États-Unis se classent numéro 14 sur la liste des pires aliments de l’EWG (et ceux qui viennent d’ailleurs atteignent le 23e rang), mais il y a une autre raison pour choisir les fruits bio : il y a plus d’antioxydants dans les plus petits bleuets. « Les bleuets biologiques ont tendance à être un peu plus petit parce qu’ils ne reçoivent pas autant d’engrais azoté », explique Mme McDonald.

Les herbes séchées et épices
Si les herbes et les épices que vous utilisez le plus souvent sont importées au Canada (l’étiquette va vous le dire), envisagez de les acheter bio. Les épices séchées importées sont souvent irradiées, dit Sarah Ramsden, nutritionniste sur l’île de Vancouver. « Ce procédé augmente la durée de vie, explique-t-elle, mais réduit la valeur nutritive de l’aliment. »

Les pommes
L’ACIA teste tous les ans les résidus de pesticides sur les pommes. Dans son dernier rapport, l’agence a noté qu’il s’agissait d’une culture avec des résidus multiples, mais que la pomme se maintenait sous la limite maximale de résidus établie par l’ACIA. Nous suggérons d’y aller pour le biologique, qu’il s’agisse des pommes locales ou importées parce que nous ne connaissons pas l’impact des résidus multiples. Pour Ralph C. Martin, président de la chaire de recherche sur la production alimentaire durable, parrainée par Loblaw, et professeur au département de l’agriculture végétale de l’Université de Guelph, il s’agit d’un domaine où il faut faire de la recherche. « Ce n’est pas tellement un pesticide à la fois et des valeurs arbitrairement fixées qui devraient être la mesure, il faut évaluer l’effet cumulatif et interactif des pesticides absorbés au fil du temps. »

Les produits laitiers
« Biologique, c’est le meilleur choix pour les produits laitiers, en particulier le beurre », dit Mme Ramsden. Les vaches laitières biologiques passent une partie du printemps et de l’été en plein air, à se nourrir au pâturage, tandis que dans les mois plus froids, elles sont nourries d’aliments biologiques (ce qui signifie que vous soutenez les abeilles parce qu’il ne se libère aucun néonicotinoïde). Du beurre 100 % biologique peut être cher et difficile à trouver, mais on en trouve plus facilement l’été et au début de l’automne. Faites-le plein à la fin de la saison et congelez-le pour en avoir tout au long de l’hiver.

4 / 5

Ne choisissez pas bio…

Le cantaloup
Ces melons gorgés de vitamine C sont une valeur sûre. Selon les observations de l’EWG, 61 % des cantaloups testés ne contenaient pas de résidus de pesticides.

Les avocats
La chair de ce fruit si bon pour le cœur est protégée par une peau épaisse ligneuse, donc même s’il est vaporisé, il ne pose pas de risque pour la santé.

Les asperges et les champignons
Peu ou pas de pesticides entrent en contact avec les parties de l’asperge que nous mangeons à cause de la vitesse de sa croissance, explique Mme McDonald. « En deux jours, elle peut sortir du sol et être prête à être cueillie. » Nul besoin donc de faire des folies sur des tiges certifiées bio. Il en est de même pour les champignons pratiquement exempts de pesticides, qui sont cultivés à l’intérieur en compost pasteurisé (pour contrôler la température et l’humidité). « Les éleveurs font très attention à ne pas les mettre en contact avec des parasites, des insectes ou des maladies », dit Mme McDonald.

5 / 5

Ne choisissez pas non plus bio…

Le miel
Il est difficile de trouver le miel biologique au Canada : l’Ontario Beekeepers’ Association indique qu’il y a seulement quelques apiculteurs biologiques au pays, probablement parce qu’il est difficile de répondre à l’exigence que la superficie fourragère doit se trouver à une certaine distance des lieux qui pourraient utiliser des produits chimiques prohibés. Mais ce n’est pas un problème parce que l’ACIA a trouvé très peu de résidus de pesticides dans leur dernière série d’essais de miel commercial conventionnel. Si vous voulez du miel bio, un certain nombre d’apiculteurs pratiquent des techniques biologiques sans certification officielle. Pour savoir ce que vous achetez, parlez à un vendeur de miel à votre marché fermier. Vous pourriez être surpris d’apprendre à quel point leurs techniques correspondent à la norme biologique.

Le chou et la laitue pommée
Allez-y pour les classiques ici puisque les feuilles de l’enveloppe extérieure sont dépouillées du chou et de la laitue pommée avant qu’ils ne soient mis sur le marché, ce qui veut dire que les résidus de pesticides sont probablement bas.

Le maïs
Le blé d’Inde est numéro 50 des 51 fruits et légumes classés par l’EWG, de sorte que c’est l’un des moins susceptibles de contenir des résidus de pesticides grâce à son enveloppe protectrice. Alors que le maïs est traité aux néonicotinoïdes, il est planté selon une technique qui produit moins de poussière, donc il y a un impact minimal sur les abeilles du voisinage.