Share on Facebook

Le guide de la santé intestinale

Les bactéries qui vivent dans vos intestins influent sur votre propension aux allergies et à la dépression, parfois même sur l’efficacité des médicaments que vous prenez. Prenez soin de votre santé intestinale.

1 / 13

Le guide de la santé intestinale.sdecoret/Shutterstock

L’importance de la santé intestinale

Il y a une dizaine d’années, Kaitlyn, 28 ans, assistante sociale en Ontario, est tombée gravement malade. Elle était régulièrement constipée, souffrait d’accès de fièvre et perdait du poids. «Si je mangeais trop, je vomissais», se rappelle-t-elle.

Des tests ayant exclu la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique (RCH), son médecin de famille a diagnostiqué un syndrome du côlon irritable (SCI), trouble chronique qui provoque des crampes, des douleurs et des ballonnements intestinaux ainsi que des épisodes de constipation et de diarrhée.

Le SCI est souvent amélioré par de simples changements dans le mode de vie. Une diététicienne a expliqué à Kaitlyn que ses troubles résultaient probablement d’un déséquilibre de son microbiote intestinal (flore intestinale). Elle lui a recommandé de prendre des probiotiques – comprimés renfermant des souches bactériennes spécifiques – pour corriger la situation.

Après quelques jours, Kaitlyn se sentait déjà mieux. «La douleur et la fièvre avaient disparu, et je pouvais manger sans crainte de vomir», dit-elle. Elle devait encore éviter certains aliments susceptibles de déclencher une crise, mais avait commencé à reprendre du poids.

Notre microbiote intestinal a une grande influence sur notre santé physique et mentale. Mais de quoi parle-t-on au juste? Imaginez un pot rempli de nourriture fermentée, comme de la choucroute. Si on le regardait au microscope, on verrait qu’il grouille de bactéries. Elles prolifèrent pendant que le chou trempe dans la saumure, à l’abri de l’air.

Privées d’oxygène, elles décomposent des molécules du chou en dégageant un acide qui donne à la choucroute son goût piquant. C’est un peu ce qui se produit dans vos intestins lorsque vous mangez: des bactéries y décomposent la nourriture et la transforment en vitamines, acides aminés et autres nutriments essentiels – et aussi, en gaz. D’ailleurs, méfiez-vous de ces aliments qui provoquent gaz et maux de ventre.

Ces bactéries colonisent le système digestif dès notre naissance. S’y ajoutent des variétés provenant du lait maternel, des lieux où nous vivons, de l’environnement, des personnes que nous rencontrons, de notre nourriture, et même des animaux qui vivent avec nous. À l’âge de trois ans, notre microbiote intestinal a plus ou moins sa composition définitive.

2 / 13
Santé intestinale: quand le microbiote va, tout va!Kateryna Kon/Shutterstock

Quand le microbiote va, tout va!

Les divers types de bactéries qui vivent dans nos intestins nous aident à digérer, mais pas seulement. On sait depuis peu qu’elles influent sur d’autres parties de notre corps, dont le système immunitaire, le cerveau et l’appareil cardiovasculaire.

«Il y a un dialogue permanent entre le microbiote intestinal et le reste de notre organisme», explique le Pr Gabriel Perlemuter, gastro-entérologue à l’hôpital Antoine Béclère, à Clamart, près de Paris, et auteur de plusieurs ouvrages sur le sujet. L’intestin est un écosystème. Et comme tout écosystème prospère, il est en bonne santé quand sa flore est variée, forte de centaines de genres de bactéries. Pour faire simple «quand on est en bonne santé, le microbiote est en bonne santé aussi. Et réciproquement!», indique le spécialiste qui a notamment travaillé sur l’interaction entre les bactéries intestinales et le fonctionnement hépatique.

Ainsi le Pr Perlemuter a par exemple montré que, selon la flore qui peuple vos intestins, nous serons plus ou moins exposés à la toxicité de l’alcool ou encore plus ou moins susceptibles de développer une hépatite non alcoolique (NASH). Ces observations valent également pour le pancréas, qui sera plus ou moins sujet à souffrir d’une inflammation (pancréatite) en fonction du microbiote.

On vous révèle ce que votre intestin essaie de vous dire sur votre santé!

3 / 13
Santé intestinale: déséquilibre quand le transit intestinal est obstinément anormal.Prostock-studio/Shutterstock

Déséquilibre intestinal: quand le transit intestinal est obstinément anormal

En décomposant nos aliments, les bactéries de notre flore produisent des acides gras à chaîne courte, molécules qui ont des vertus anti-inflammatoires et préservent l’intégrité de la paroi intestinale. La muqueuse doit en effet être assez poreuse pour laisser passer les nutriments, mais pas trop: une porosité excessive laisserait sortir des substances qui ne devraient pas traverser la paroi, ce qui entraînerait de l’inflammation.

«Il existe un lien entre une dysbiose (microbiote déséquilibré) et le risque de survenue de maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI)», rappelle le Pr Perlemuter. La maladie de Crohn et la RCH – les deux formes de MICI – se traduisent par une inflammation quasi permanente de la muqueuse qui peut aller jusqu’à la formation d’ulcères. Ces MICI entraînent des douleurs parfois sévères, des diarrhées et une perte de poids. Selon l’association François-Aupetit, la maladie de Crohn toucherait quelque 120 000 personnes en France (environ 850000 en Europe dont 20000 en Belgique).

Beaucoup plus répandu que les MICI, le SCI provoque des symptômes proches, mais sans inflammation chronique ni ulcérations. Selon la Société nationale française de gastro-entérologie (SNFGE), il toucherait 5% de la population. D’après d’autres estimations, notamment celles du Centre fédéral belge des soins de santé (KCE), jusqu’à 15% des Européens pourraient être concernés. Des études ont révélé que des patients atteints de SCI ont un microbiote différent et que les probiotiques peuvent parfois les soulager.

Commencez par trouver l’origine de votre mal de ventre.

4 / 13
Santé intestinale: les médicaments n’agissent pas quand il y a déséquilibre.Monstar Studio/Shutterstock

Déséquilibre intestinal: les médicaments n’agissent pas

Les prescriptions des médecins n’ont pas toujours l’effet souhaité, et il arrive que la responsabilité en incombe au microbiote intestinal. De même que les microbes décomposent les fibres et l’amidon de la nourriture, de même s’attaquent-ils parfois à des produits pharmaceutiques, rendant leur action imprévisible.

En 2019, des chercheurs de l’école de médecine de l’université Yale ont constaté que, sur 271 médicaments oraux, les deux tiers étaient affectés par le microbiote intestinal, qui détruisait environ 20% de leurs ingrédients actifs. Par exemple, si vous avez un surplus d’Eggerthella lenta – bactérie qu’on trouve chez un être humain sur trois –, la digoxine, médicament largement prescrit contre les troubles cardiaques, risque de ne pas soulager vos symptômes. Récemment, plusieurs recherches médicales ont révélé que le microbiote jouait un rôle dans la réponse aux immunothérapies du cancer.

L’analyse de la composition du microbiote permet de prédire chez quels patients le traitement sera bénéfique. C’est vrai pour les anticancéreux, mais également pour d’autres traitements. Notamment les antidépresseurs.

De ces travaux est en train de naître une science qui étudie l’impact du microbiote intestinal sur l’effet des médicaments: la pharmacomicrobiomique. Dans 10 à 15 ans, votre médecin pourrait analyser votre microbiote à partir d’un échantillon fécal et moduler son ordonnance – ou encore prescrire un probiotique – pour améliorer l’action d’un médicament.

5 / 13
Santé intestinale: impossibilité de stabiliser son poids lors d'un déséquilibre.myboys.me/Shutterstock

Déséquilibre intestinal: impossibilité de stabiliser son poids

Il n’y a pas si longtemps, on croyait que l’obésité et les troubles métaboliques étaient uniquement dus à une alimentation en excès. Aujourd’hui, on sait que le microbiote intestinal contribue au surpoids et au diabète.

En Belgique, à l’université de Louvain, le Pr Patrice Cani et son collègue le Pr Claude Knauf du laboratoire international NeuroMicrobiota Lab (UCLouvain/INSERM) ont montré comment l’intestin et le cerveau dialoguent pour réguler le niveau de sucre sanguin. Les bactéries intestinales jouent un rôle important. Ainsi la bactérie Dysosmobacter welbionis, présente chez 70% des individus, dont la quantité est corrélée au risque de diabète et de surpoids. Plus nous en avons dans notre intestin, et mieux nous brûlons le sucre et la graisse.

Les chercheurs belges ont administré cette bactérie à des patients insulino-résistants en surpoids ou obèses. L’insulino-résistance des sujets a diminué, et ils ont perdu plus de poids et de graisse que ceux qui avaient reçu un placebo. «Bien sûr le microbiote ne fait pas tout, mais il y a un rationnel fort à penser que les probiotiques sélectionnés par Patrice Cani pourront aider à prendre en charge les patients en surpoids», explique le Pr Perlemuter. Le Pr Cani se dit convaincu que la santé intestinale est la clef de la santé tout court.

Il est d’autant plus important d’en prendre soin, car ces maladies peuvent être déclenchées par un déséquilibre de la flore intestinale.

6 / 13
Santé intestinale: la dépression est un signe de déséquilibre.Chanintorn.v/Shutterstock

Déséquilibre intestinal: dépression

Nous pensons généralement que les troubles de l’humeur naissent dans le cerveau, mais l’intestin peut aussi en déclencher. Une étude de 2019 a découvert que les dépressifs étaient porteurs de moins de coprocoques et de Dialister que la plupart des gens. D’autres travaux ont établi que les souris ayant reçu une greffe fécale d’êtres humains dépressifs le devenaient également.

Pourrait-on améliorer la santé mentale en modifiant le microbiote? Une expérience australienne de 2017 a donné des résultats prometteurs. Ses sujets étaient atteints de dépression grave et prenaient des médicaments ou suivaient une thérapie. La moitié d’entre eux ont poursuivi leur traitement tout en adoptant un régime méditerranéen riche en grains entiers, en protéines maigres, en légumes et en fruits. L’atténuation des symptômes dépressifs a été beaucoup plus marquée dans ce groupe-là que dans l’autre.

7 / 13

Santé intestinale: les allergies sont signes de déséquilibre.Ternavskaia Olga Alibec/Shutterstock

Déséquilibre intestinal: allergies

Un microbiote diversifié peut avoir un effet régulateur sur le système immunitaire. Si le vôtre est hypersensible en raison des particularités de votre flore intestinale, vous courez plus de risques de souffrir d’allergie, d’asthme et d’eczéma.

D’où l’importance de l’exposition à une large gamme de bactéries très tôt dans la vie. Les enfants nés par voies naturelles ont moins d’allergies que ceux nés par césarienne, tout comme les personnes qui ont grandi dans une ferme ou avec des animaux de compagnie ou encore, avec des frères et sœurs plus âgés.

L’administration d’antibiotiques peut aussi avoir des effets graves: en tuant les microbes qui vous rendent malade, ils détruisent sans nuance la flore diversifiée qui garde votre intestin en bonne santé. Les sujets auxquels on a prescrit des antibiotiques avant l’âge d’un an courent ainsi deux fois plus de risques d’être asthmatiques à cinq ans – risque qui augmente avec chaque traitement.

Les effets d’un microbiote peu diversifié se font sentir même à l’âge adulte. En analysant la flore intestinale de plus de 1800 patients souffrant d’allergies, des chercheurs ont constaté que celle des victimes d’allergies saisonnières et aux fruits à coque était moins variée.

Vous serez surpris de voir ce que vos flatulences révèlent sur votre santé!

8 / 13
Santé intestinale: améliorer sa flore intestinale en consommant plus de fibres.marilyn barbone/Shutterstock

Améliorer sa flore intestinale en consommant plus de fibres

Il n’y a pas de panacée, bien que des chercheurs espèrent mettre au point au cours des cinq prochaines années des tests assez détaillés pour qu’on puisse ensuite prescrire des probiotiques sur mesure ou faire des recommandations adaptées à chaque cas. Il existe toutefois des mesures simples que chacun peut prendre dès maintenant.

Manger plus de fibres améliore le microbiote. Les fibres sont en effet le principal nutriment des bactéries intestinales les plus importantes, et si elles viennent à manquer, beaucoup peuvent mourir de faim. Donc, elles fabriquent moins d’acides gras à chaîne courte et d’autres éléments essentiels pour votre santé. Pis encore, elles peuvent s’attaquer au mucus de la paroi intestinale.

Par malheur, la plupart des Occidentaux ne consomment pas assez de fibres. Assurez-vous de manger cinq portions de fruits et de légumes chaque jour, plus un produit riche en céréales complètes à chaque repas.

9 / 13

Santé intestinale: améliorer sa flore intestinale en diversifiant son alimentation.wavebreakmedia/Shutterstock

Améliorer sa flore intestinale en diversifiant son alimentation

Votre objectif ultime, c’est un microbiote intestinal diversifié. Or, il n’y a pas que les fibres qui nourrissent les bonnes bactéries – d’autres éléments de nos repas y contribuent. Un régime varié, comportant des fruits et des légumes de multiples couleurs et types, est un gage de bonne santé intestinale. À l’inverse, les aliments transformés, souvent très gras, affectent des souches bactériennes utiles et réduisent la diversité du microbiote.

Votre transit intestinal vous remerciera si vous optez pour ces aliments santé.

10 / 13

Santé intestinale: améliorer sa flore intestinale en limitant la prise d’antibiotiques.Raland/Shutterstock

Améliorer sa flore intestinale en limitant la prise d’antibiotiques

Les antibiotiques sauvent des vies, mais déséquilibrent le microbiote en tuant des bactéries qui protègent la muqueuse intestinale. D’ordinaire, ces bactéries bénéfiques réussissent à évincer celles qui vous rendent malade, (tout comme les mauvaises herbes ont plus de mal à se répandre dans une pelouse luxuriante que sur un terrain dénudé), mais une fois que les antibiotiques ont tout ravagé, des bactéries nocives peuvent coloniser l’intestin avant que les bonnes se soient rétablies. Le symptôme le plus courant de cette invasion, c’est la diarrhée. Quand le microbiote est en bonne santé, il peut s’en remettre, mais s’il est déséquilibré au départ, la prise d’antibiotiques risque de provoquer un SCI. Pour prévenir ces diarrhées, on prescrit souvent des probiotiques en même temps que les antibiotiques (Ultra Levure, Lactibiane ATB). Une expérience menée en 2017 à l’université de Copenhague a démontré que seuls 8% des sujets qui prenaient des probiotiques ont eu de la diarrhée sous antibiotiques contre 18% de ceux à qui on avait donné un placebo. Et surtout, assurez-vous d’avoir vraiment besoin d’un antibiotique avant d’en prendre.

11 / 13

Santé intestinale: améliorer sa flore intestinale en prenant des probiotiques.Nina Buday/Shutterstock

Améliorer sa flore intestinale en prenant des probiotiques

Les probiotiques peuvent nous épargner des diarrhées durant nos séjours dans des lieux où les bactéries de l’eau et de la nourriture sont différentes de celles de notre pays et, comme indiqué plus haut, elles soulagent parfois les victimes du SCI. Mieux vaut consulter un professionnel de la santé pour savoir lesquelles choisir. Les scientifiques s’appliquent à mieux comprendre les probiotiques. «Dans 5 à 10 ans, il existera sans doute des probiotiques de qualité médicale sur le marché», prédit le Pr Perlemuter. Ceci vous aidera à faire la différence entre les prébiotiques et les probiotiques.

12 / 13

Santé intestinale: améliorer sa flore intestinale en bougeant.Mladen Mitrinovic/Shutterstock

Améliorer sa flore intestinale en bougeant

Faire régulièrement de l’exercice, c’est bon pour votre microbiote aussi. Selon une étude de 2016 réalisée à l’université de Colombie-Britannique, au Canada, les athlètes jouissant de la meilleure forme cardiorespiratoire – marqueur de l’efficacité avec laquelle le corps amène l’oxygène là où il en faut – avaient une flore intestinale plus variée. Une autre étude, d’origine espagnole, a constaté que les femmes qui faisaient trois heures d’exercice par semaine – ne serait-ce que marcher d’un bon pas – amélioraient la composition de leur microbiote intestinal.

Comme tout écosystème prospère, votre intestin est en bonne santé quand sa flore bactérienne est variée.

13 / 13
Les 5 clés de la santé intestinale.Billion Photos/Shutterstock

5 clés de la santé intestinale

  1. Un animal de compagnie: les enfants qui grandissent avec un animal de compagnie ont des microbiotes plus riches.
  2. Le lait maternel: c’est essentiel pour le développement intestinal et cérébral des bébés.
  3. Le grand air: la fréquentation de la nature vous expose à de bonnes bactéries
  4. Le régime méditerranéen: légumes, fruits, céréales complètes et beaucoup de fibres, c’est crucial.
  5. Les probiotiques: il semble bien qu’ils atténuent le syndrome du côlon irritable.

Inscrivez-vous à notre infolettre pour recevoir de l’information fiable sur la santé!

Contenu original Readers Digest International Edition