Les collations: le meilleur allié pour contrer la fringale

Penser à sa collation seulement au moment où l’estomac
 crie famine, c’est être à la merci du premier distributeur automatique venu. Il vous faut donc prévoir des collations nutritives, peu caloriques et faciles à préparer que l’on peut emporter au travail.


Penser aux collations au moment où l'estomac
 crie famine, c'est être à la merci du premier distributeur automatique venu.Shutterstock

Collations : faire échec à la fringale

Pour juguler intelligemment une fringale après l’école ou le travail, on peut faire une salade de fruits minute avec des mandarines (fraîches ou en conserve), une banane en tranches, une pomme râpée, des fruits rouges (frais ou surgelés) et d’autres fruits de son choix. Ou couper une banane dans le sens de la longueur et garnir chaque moitié de yaourt allégé, sur lequel on dépose quelques baies.

Par temps froid, un bol de soupe est une collation revigorante. Mais, attention, les soupes en conserve ou déshydratées, souvent très salées, ne conviennent pas à ceux qui suivent un régime hyposodique. Une demi-pomme de terre au four, garnie de fromage blanc allégé et parsemée
de ciboulette, est une alternative intéressante. Il est sage d’inscrire sur sa liste de commissions de bons aliments pour la collation. Quand on les
a sous la main, il est plus simple de se préparer des en-cas à emporter à l’école, au travail ou en voyage. Il faut résister aux friandises du commerce très grasses, comme les chips ou les amuse-gueule
pour apéritif. Et, si on a un faible pour les biscuits, on choisira les moins gras ou, mieux, on les confectionnera soi-même.

Attention aussi à l’hygiène dentaire. On doit rappeler aux enfants qu’après la collation il faut
se brosser les dents ou se rincer la bouche à l’eau

De bonnes collations

Quand on a l’habitude de prendre une collation,
il faut en tenir compte dans la répartition de sa ration journalière et bien choisir ses aliments, mais, dans tous les cas, il faut savoir qu’une collation, comme un repas, se prévoit. On ne doit pas la confondre avec des grignotages semi-permanents.

Une collation peut ressembler à un petit repas : sandwich, soupe aux légumes, fromage et gressins, par exemple, ou yaourt garni
de fruits. Les personnes
qui aiment les aliments croustillants et salés peuvent tremper pain grillé, gressins, pain pita ou maïs soufflé dans du fromage blanc. Autres exemples de collation : un bol de céréales avec du lait demi- écrémé et des fruits frais ou une mini-pizza faite avec du pain de campagne garni de coulis de tomates et de mozzarella ou de gruyère allégé.

La collation peut servir à compléter l’apport quotidien en féculents ou les 5 portions minimales de fruits et de légumes recommandées. Un petit pain au lait et une pomme, un sandwich au pain complet garni de légumes crus râpés et de mayonnaise allégée : voilà un en-cas nutritif, substantiel et sain. Du yaourt ou du fromage blanc additionné de morceaux de fruits frais avec du pain grillé constituent une excellente collation après l’école. Et comme boisson : un jus de fruits frais
ou tout simplement de l’eau plate ou gazeuse, éventuellement citronnée – c’est parfait !

De mauvaises collations

Tout le monde sait qu’une carotte crue est meilleure pour la santé qu’un beignet, mais certains aliments du commerce qui paraissent sains ne
le sont pas. Il faut donc lire avec soin la liste des ingrédients pour y découvrir sucres et graisses. Attention aux barres de céréales, qui peuvent être chargées de sucres et de graisses, aux boissons aux fruits, qui contiennent souvent peu de jus de fruits mais beaucoup de fructose ou d’autres sucres. Les divers mélanges de noix et autres fruits secs sont riches en graisses et très salés en général.
Les spécialités aux fruits (roulés, biscuits fourrés) renferment plus de sucre et d’épaississants que de fruits. Meilleurs sont les fruits déshydratés comme les abricots secs, les figues, les pruneaux, mais il faut se brosser les dents après la collation pour déloger les particules sucrées, source de caries.

D’où vient le besoin de manger une collation

L’organisme envoie des signaux d’alarme quand il a besoin de faire le plein d’énergie entre les repas. En effet, les réserves de glucides (glycogène) dans le foie et les muscles, qui aident à maintenir le taux de glucose sanguin, s’épuisent en 4 à 6 heures. Manger permet de les reconstituer et les collations y contribuent.

Bien pensée, la collation remplit donc une fonction utile. En stabilisant le taux de glucose sanguin, elle empêche d’avoir faim et peut même aider à perdre du poids. Le problème est que beaucoup de personnes grignotent sans avoir faim, en regardant la télévision, en lisant ou simplement par désœuvrement. Mais, alors qu’une collation n’a justement pas besoin d’être riche, ces grignotages se composent souvent de chips, de bonbons, de chocolat ou de barres, riches en graisses et en calories qu’on qualifie de « vides ». Des rayons entiers, dans les supermarchés, sont consacrés à ces produits et il est difficile d’y résister.

On peut, entre les repas, s’offrir un petit goûter pas trop riche en calories afin de ne pas arriver à table affamé et de ne pas dévorer comme un ogre. Prise au bon moment, la collation ne nuit pas
au repas ; elle ne fait que combler un petit creux, surtout chez les enfants. On peut d’ailleurs manger une pomme ou un yaourt avant un repas qui promet d’être riche et abondant pour résister 
plus facilement à la gourmandise.

Certaines personnes préfèrent prendre plusieurs petites collations plutôt que trois gros repas. C’est une bonne solution pour les jeunes enfants, dont l’estomac, trop petit, ne leur permet pas de manger suffisamment au repas pour combler leurs besoins énergétiques. Les personnes âgées mangent peu à la fois ; prendre une ou deux collations dans la journée peut les aider à avoir un régime équilibré. Il en va de même des convalescents.

Les adolescents en pleine croissance mangent souvent de façon irrégulière ; les collations leur fournissent un complément énergétique utile.
Les athlètes de tout âge ont besoin d’un supplément d’énergie, surtout sous forme de glucides, le principal combustible du corps. Les femmes enceintes peuvent souffrir de nausées durant les premiers mois, de brûlures d’estomac et d’une impression de plénitude gastrique en fin de grossesse : une collation leur convient mieux qu’un vrai repas.

Vous aimerez aussi:

Perte d’appétit : 4 astuces pour retrouver la faim
Chocolat noir : un coupe-faim efficace?
7 stratégies pour lutter contre la faim

Vidéos les plus populaires