Share on Facebook

18 habitudes inventées par la Première Guerre mondiale

Les mouchoirs en papier font désormais partie de notre quotidien, pourtant, nous ne les aurions pas sans la Première Guerre mondiale. Voici comment la Grande Guerre a changé le monde, d’après les experts du Mémorial de la Liberté.

1 / 18
Depuis la Première Guerre mondiale, nous cultivons dans notre jardin.Courtesy National World War I Museum and Memorial

Nourrissez-vous de votre jardin

Beaucoup d’inventions, de nouveaux mouvements et de nouvelles avancées culturelles sont nés de la nécessité, comme le mouvement « cultivé chez soi », qui a connu une véritable renaissance ces dernières années. « Pendant la Première Guerre mondiale, l’administration américaine a réglementé la production alimentaire pour soutenir ses forces armées et les alliés, explique Doran Cart, conservateur en chef du Mémorial de la Liberté à Kansas City, au Missouri. Pour économiser la nourriture, les Américains ont été encouragés à devenir autosuffisants en cultivant leurs propres aliments, par exemple. »

Ce courant a également donné lieu à de nouvelles initiatives telles que la mise en conserve de légumes, dit-il. « Les Américains qui n’étaient pas au front travaillaient pour ceux qui se battaient, et cultiver sa propre nourriture était une façon de contribuer à l’effort de guerre », ajoute Doran Cart.

Aujourd’hui, nous encourageons des initiatives telles que « cultivé chez soi » ou «de la ferme à la table » afin de réduire les coûts de production alimentaire, de manger plus sainement et de soutenir les producteurs locaux.

Cultivez vos propres légumes en suivant nos conseils de jardinage et nos trucs pour le potager.

2 / 18
Depuis la Première Guerre mondiale, les Kleenex existent.ANL/REX/Shutterstock

Kleenex


À quel point est-il mauvais de réutiliser un mouchoir? C’est exactement ce que se sont demandé les médecins lorsqu’ils ont décidé d’utiliser des filtres à gaz comme mouchoirs jetables après la guerre. « Les objets créés pour la guerre ont souvent été récupérés après la guerre, et l’un d’entre eux est le Kleenex, qui était en fait le papier crêpé utilisé dans les filtres des masques à gaz », explique Jonathan Casey, directeur des archives du Centre de recherche Edward Jones du Mémorial de la Liberté.

« Pendant l’épidémie de grippe qui a suivi la guerre, Kimberly-Clark a transformé le papier en un produit jetable dans lequel les gens pouvaient éternuer et limiter la propagation des fluides corporels. » Nous utilisons maintenant le nom de marque « Kleenex » pour désigner n’importe quel mouchoir en papier.

Utiliser des mouchoirs jetables fait partie des 50 trucs pour éviter d’attraper un rhume cet hiver.

3 / 18
Depuis la Première Guerre mondiale, la chirurgie plastique existe.Courtesy National World War I Museum and Memorial

Chirurgie esthétique


La chirurgie plastique est apparue pendant la Première Guerre mondiale, pour soigner les soldats blessés au visage. « L’idée moderne de la chirurgie plastique et les techniques utilisées aujourd’hui ont vu le jour pendant la Première Guerre mondiale en raison des blessures causées par les explosifs, explique Doran Cart.

Le Dr Harry Gillies a mis au point les techniques permettant de reconstruire les visages après que beaucoup de soldats eurent perdu leur nez, et il a pratiqué plus de 11 000 chirurgies sur des blessés de guerre. »

Des sculpteurs ont aussi créé des masques partiels pour les personnes défigurées afin de les aider à retrouver un semblant de vie normale. « Les progrès réalisés très rapidement dans ce domaine visaient à donner l’impression que ce qui était arrivé à ces soldats n’était pas si horrible », explique Doran Cart.

Avant d’envisager la chirurgie esthétique, posez-vous ces 4 bonnes questions.

4 / 18
La Première Guerre mondiale a instauré les premiers lundis sans viande.Courtesy National World War I Museum and Memorial

Les lundis sans viande


On nous encourage à nous passer de viande le lundi parce que c’est bon pour l’environnement et la santé, mais cette idée remonte à la Première Guerre mondiale. La viande était plutôt réservée aux soldats, alors on invitait les autres à aller chercher des protéines dans les noix, les légumineuses et le fromage, selon l’exposition numérique War Fare du Mémorial de la Liberté.

« C’était une excellente occasion pour les scientifiques en nutrition de parler des différents composants nutritifs que contiennent les aliments – ce n’était pas seulement du steak, mais aussi de protéines et du gras que l’on pouvait aussi obtenir en mangeant des lentilles ou des noix, explique dans cette exposition Helen Veit, professeure adjointe d’histoire à l’Université d’État du Michigan. C’était une toute nouvelle façon de penser l’alimentation. »

Le beurre d’arachide est devenu très populaire auprès des enfants et des recettes ont rapidement vu le jour (soupe au beurre d’arachide, etc.). Le soja devenait également un ingrédient de plus en plus courant. Et les huiles et la margarine ont remplacé la graisse animale dans les cuisines, ajoute Doran Cart.

Préparez chaque semaine l’une de nos savoureuses recettes pour des lundis sans viande.

5 / 18
La Première Guerre mondiale a créé les premières serviettes hygiéniques.Courtesy National World War I Museum and Memorial

Kotex


Il y a un siècle, il n’était pas convenable de parler de ses règles. Mais les infirmières de la Première Guerre mondiale ont géré cette période du mois de façon si ingénieuse que cela a influencé la manière dont les produits féminins ont été créés et commercialisés par la suite.

« Pendant la guerre, les infirmières de l’armée n’avaient pas de produits sanitaires à leur disposition, raconte Jonathan Casey. Elles ont découvert que les pansements en coton de cellulose (pulpe de bois) pour couvrir les plaies étaient cinq fois plus absorbants que les autres pansements, et elles les utilisaient comme serviette hygiénique de fortune. Après la fin de la guerre, les gens de Kimberly-Clarke, qui cherchaient des moyens d’écouler les surplus de coton de cellulose, les ont commercialisés sous forme de serviettes hygiéniques. »

Le nom « Kotex » vient de la texture cotonneuse de ces serviettes jetables qui ont à jamais changé la façon dont les femmes gèrent leurs menstruations. Ça, c’est du vrai girl power!

En cas d’absence de menstruation, voici 9 explications (autre que la grossesse…)

6 / 18
Depuis la Première Guerre mondiale, les moyens de contraceptions sont plus développés.Courtesy National World War I Museum and Memorial

Contraception


À l’époque de la Première Guerre mondiale, on n’utilisait la contraception qu’à des fins médicales. « Mais comme les maladies vénériennes (gonorrhée, syphilis…) ont fait des ravages dans les rangs et empêché beaucoup de soldats de combattre, cela a créé une forte pression pour développer des moyens de contraceptions », explique Doran Cart.

Les antibiotiques n’ayant pas encore été découverts pour traiter ces infections, on a instauré des « stations prophylactiques » où l’on distribuait des préservatifs. Mais on ne parlait pas ouvertement de contraception. « Cette idée n’avait pas encore fait l’objet d’un débat dans l’armée », ajoute Doran Cart.

Depuis, les moyens de contraception se sont multipliés. Choisissez parmi ces méthodes celle qui vous correspond le mieux.

7 / 18
Depuis la Première Guerre mondiale, il existe des régimes sans gluten.Courtesy National World War I Museum and Memorial

Régime sans gluten


Nous n’aurions peut-être même pas eu l’idée très actuelle d’éviter le gluten si ce n’avait été de la Première Guerre mondiale. Pour essayer d’économiser la nourriture – le blé en l’occurrence –, ceux qui se trouvaient sur le front intérieur étaient invités à chercher d’autres sources d’approvisionnement.

« Les Américains ont été encouragés à adopter des journées “sans blé”, tradition que beaucoup poursuivent encore aujourd’hui pour diverses raisons, dit Jonathan Casey. On a commencé à remplacer le blé par d’autres céréales, des pommes de terre, d’autres types de farine (avoine, seigle, orge, etc.) et du maïs. » Cette alimentation n’était pas strictement sans gluten (le seigle et l’orge en contiennent), mais éviter le blé était un pas dans cette direction.

Avant de modifier votre alimentation, découvrez la vérité sur les régimes sans gluten.

8 / 18
Depuis la Première Guerre mondiale, le Pilates existe.Courtesy National World War I Museum and Memorial

Pilates


Le « Pilates » est peut-être une nouvelle façon très branchée de s’entraîner, mais tout cela a commencé en 1917. « Joseph Hubertus Pilates, un entraîneur allemand, a conçu des exercices de rééducation pour aider les soldats autrichiens qui avaient subi une blessure à suivre une thérapie, explique Casey. Le Pilates a toujours été considéré comme une méthode de réhabilitation, et cela continue de nos jours. »

Pour permettre à ceux qui étaient confinés dans leur lit de faire de l’exercice, le Pilates utilisait les ressorts et les sangles de leur lit comme instruments de résistance. Pilates, qui était Allemand et vivait en Grande-Bretagne, a été interné pendant la guerre et a ensuite immigré en Amérique où il a ouvert un studio d’exercice. La popularité de sa méthode lui a permis de survivre jusqu’à nos jours.

Pour comprendre sa popularité, voyez les avantages du Pilates sur la santé.

9 / 18
La Première Guerre mondiale a développer les suppléments en vitamines.Dan Grossi/AP/REX/Shutterstock

Vitamines


Pendant la Première Guerre mondiale, les scientifiques ont commencé à comprendre comment ces différentes composantes nutritionnelles pouvaient être bénéfiques à la santé des soldats.

« Le concept de vitamines – qu’on ne connaissait pas encore sous forme de suppléments – a pris de l’ampleur au cours de cette période, lorsque la recherche médicale a commencé à comprendre qu’une alimentation équilibrée nous procurait des vitamines, explique Doran Cart. On a appliqué ce principe à la nourriture distribuée dans les tranchées, en servant par exemple plus souvent des tomates, qui ont été ajoutées au “slum” (un mélange de bœuf, de pommes de terre, d’oignons et de tomates), un classique des cuisines de campagnes. »

Accro aux vitamines à croquer? Ces 8 suppléments pourraient être une perte d’argent (et même être dangereux!).

10 / 18
Depuis la Première Guerre mondiale, nous changeons d'heure en été.KerinF/Shutterstock

Heure d’été


La tentation de jouer avec l’heure existe depuis l’Antiquité, mais ce n’est que depuis la Première Guerre mondiale que les gouvernements du monde entier ont officiellement adopté l’heure d’été. Pourquoi? Pour économiser les ressources telles que le carburant et prolonger la journée de travail pour l’effort de guerre.

Les Allemands et les Austro-Hongrois l’ont fait en premier, dès 1916, et les Alliés ont suivi peu après. Aux États-Unis, pour dissiper toute confusion sur le concept, le Washington Times a lancé une bande dessinée qui expliquait le premier passage à « l’heure avancée » en 1918.

Lisez notre article sur le changement d’heure et ses effets sur la santé.

11 / 18
Depuis la Première Guerre mondiale, les montres-bracelets sont populaires.Nor Gal/Shutterstock

Montres-bracelets


On trouve des montres-bracelets au 19e siècle, mais ce n’est que lors de la Première Guerre mondiale qu’elles trouvent leur véritable popularité auprès des hommes. Elles démontrent leur supériorité par rapport aux montres de poche lors des batailles, en particulier pour le commandement militaire qui coordonnait les attaques avec précision.

À la fin de la guerre, toute une génération de jeunes hommes avait une montre-bracelet ou en voulait une pour Noël.

Aujourd’hui, les montres connectées font bien plus que donner l’heure. Voici 5 raisons d’adopter les technologies vestimentaires.

12 / 18
La Première Guerre mondiale a contribué aux première banques de sang.plenoy m/Shutterstock

Banques de sang


Les transfusions sanguines remontent aux années 1600, mais les médecins les pratiquaient rarement avant la Première Guerre mondiale. Et elles étaient alors pratiquées en transfusant du sang directement d’une personne à une autre.

Le capitaine Oswald Robertson, un médecin de la réserve américaine qui agissait à titre de consultant auprès de l’armée britannique, a compris l’intérêt de constituer des réserves de sang avant même que les blessures ne se produisent. En 1917, il a contribué à l’établissement de la première banque de sang sur le front de l’Ouest.

Votre chien aussi peut donner son sang! Apprenez-en plus sur cette pratique peu connue.

13 / 18
Depuis la Première Guerre mondiale, les productions de films hollywoodiens se sont développés.Uncredited/AP/Shutterstock

Hollywood


La majeure partie du continent étant à feu et à sang, l’industrie cinématographique européenne a dû réduire considérablement ses activités, ouvrant grand la porte aux Américains. Hollywood n’en était encore qu’à ses balbutiements, mais ses studios ont rapidement fait fortune en produisant de la propagande militaire. La guerre elle-même a fourni du matériel à d’innombrables films des années 1920 et 1930, y compris Les ailes, qui a remporté le premier Oscar du meilleur film.

Ces 10 films cultes américains ont été tournés au Canada.

14 / 18
Depuis la Première Guerre mondiale, les manteaux imperméables sont à la mode.progressman/Shutterstock

Manteaux imperméables (Trench Coats)


Charles Macintosh a inventé ce vêtement d’extérieur imperméable environ un siècle avant la Première Guerre mondiale, mais ce sont Burberry et Aquascutum qui en ont modernisé le design pour garder les officiers britanniques au chaud et au sec.

Aujourd’hui, de nombreux trench-coats (littéralement « manteaux de tranchées ») sont munis de rabats et d’anneaux qui ont été créés à l’origine pour fixer les pistolets, les étuis à cartes et même les épées.

Malheureusement, le trench coat est trop léger pour l’hiver. Suivez nos 10 conseils mode pour avoir du style même pendant la saison froide.

15 / 18
Depuis la Première Guerre mondiale, nous utilisons des fermetures éclair.cristi180884/Shutterstock

Fermeture éclair


Initialement connue sous le nom de fermeture à glissière, la fermeture éclair n’a pas été fabriquée en série avant la Première Guerre mondiale, lorsque l’armée américaine a eu besoin de combinaisons de vol et de ceintures porte-billets, indispensables aux marins américains dont les uniformes n’avaient pas de poches.

16 / 18
La Première Guerre mondiale a initié les premiers vols de drones.Aunging/Shutterstock

Drones


Il est difficile d’imaginer des drones parcourant le ciel quinze ans à peine après le premier vol des frères Wright à Kitty Hawk, en Caroline du Nord. Pourtant, lorsque l’U.S. Navy a testé le premier Curtis N-9 Aerial Torpedo, le 6 mars 1918, les avions sans pilote sont devenus une réalité. (Hélas, on a dû attendre près d’un siècle pour avoir des drones capables de livrer des pizzas.)

17 / 18
Depuis la Première Guerre mondiale, le soya est utilisé en guise de viande.Jerry-Rainey/Shutterstock

Saucisses de soya


En 1918, Konrad Adenauer, maire de Cologne, en Allemagne, dépose une demande de brevet pour sa nouvelle méthode de conservation de la viande : un mélange de chair à saucisse et de farine de soja.

Bien qu’elle ne soit pas strictement végétarienne, la méthode a fait ses preuves. Les produits à base de soja représentent aujourd’hui une industrie de plusieurs milliards de dollars rien qu’aux États-Unis.

Vous allez adorer ces 7 aliments à base de soya, que vous soyez végétarien ou non.

18 / 18
Depuis la première Guerre mondiale, les passeports sont tels que nous les connaissons.Alex Erofeenkov/Shutterstock

Passeports modernes


Dans l’espoir de rétablir le tourisme en Europe, la Société des Nations émet en 1920 des directives pour l’uniformisation des passeports. Le document standard devait afficher le nom et les armoiries du pays émetteur sur la couverture – une règle aujourd’hui encore respectée par la plupart des pays.

Saisissez votre passeport et partez visiter ces 10 villes magnifiques et méconnues en Europe.

Contenu original Reader's Digest