Share on Facebook

17 soi-disant faits scientifiques que vous avez toujours crus vrais

Vous avez toujours cru que ces affirmations étaient basées sur des recherches scientifiques, mais la réalité saura-t-elle vous convaincre du contraire?

1 / 17
Mythe: l’eau est conductrice d’électriciténataliya-sdobnikova / Shutterstock

Mythe: l’eau est conductrice d’électricité

Il s’agit d’un mythe, mais n’essayez tout de même pas de prendre votre bain avec un grille-pain branché. La raison pour laquelle vous ne devriez pas vous baigner pendant un orage n’a rien à voir avec l’eau.

En réalité, l’eau pure est un isolant et n’est pas conductrice d’électricité. Le danger provient des minéraux et des produits chimiques qui s’y trouvent, comme les ions qui sont porteurs d’une charge électrique. Il est presque impossible de trouver de l’eau qui ne contient pas d’ions.

2 / 17
Mythe: Le sang est bleu à l’intérieur de votre corpsbart-sadowski / Shutterstock

Mythe: Le sang est bleu à l’intérieur de votre corps

Largement répandue, cette croyance soutient que le sang serait bleu lorsqu’il n’est pas exposé à l’air ou oxygéné. Ce qui a l’air d’autant plus vraisemblable que nos veines sont légèrement teintées de bleu. Mais le sang humain est de la même couleur à l’intérieur comme à l’extérieur du corps (rouge), même si nos veines paraissent plus claires lorsque le sang est riche en oxygène et plus sombres lorsqu’il en est pauvre.

En fait, le tissu qui couvre les veines influe sur la façon dont la lumière est absorbée puis diffusée, ce qui explique l’apparence bleue du sang qui circule dans le corps.

3 / 17
Mythe: les dinosaures étaient des espèces à écaillesbaishev / Shutterstock

Mythe: les dinosaures étaient des espèces à écailles

Les gigantesques reptiles écailleux que nous montre Jurassic Park ne représentent probablement pas le portrait des dinosaures ayant existé. Bien que les scientifiques ne s’entendent toujours pas sur la matière qui recouvrait les plus anciennes espèces de ce monde, nous savons que certaines d’entre elles avaient des plumes.

Effectivement, les bosses observées sur les pattes fossilisées d’un velociraptor indiquent que cette espèce possédait des ailes, comme chez les oiseaux que nous connaissons. De plus, les ossements d’une espèce sibérienne découverts en 2014 portaient des empreintes de plumes.

Lire également : 20 superstitions étranges à travers le monde

4 / 17
Mythe: nous n’utilisons que 10% de notre cerveauluisma-tapia / Shutterstock

Mythe: nous n’utilisons que 10% de notre cerveau

L’idée de révéler de nouvelles capacités intellectuelles pourrait constituer un scénario de film fascinant… qui ne serait que de la science-fiction. Les cellules du cerveau sont composées à 90% de matière blanche (leur rôle est d’aider les neurones à survivre) et à seulement 10% de matière grise, constituée des neurones responsables de l’activité intellectuelle.

Or, cette matière blanche ne pourra jamais être utilisée pour augmenter le pouvoir du cerveau. Par conséquent, dire que nous en négligeons 90% équivaut à soutenir que l’on gaspille des cacahuètes lorsqu’on jette leur coquille. N’importe quel examen d’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) démontre qu’on utilise bien plus de 10% de notre cerveau, même en ne prononçant que quelques mots. Les scientifiques n’ont trouvé aucune zone du cerveau (bien moins que 90%) qui ne jouerait aucun rôle dans la pensée, les mouvements ou les émotions.

Lire également : 13 conseils pour garder son cerveau en bonne santé

5 / 17
Mythe: la Grande Muraille de Chine est la seule construction humaine visible depuis la Lunewuttichok-panichiwarapun / Shutterstock

Mythe: la Grande Muraille de Chine est la seule construction humaine visible depuis la Lune

Cette croyance circule depuis au moins 1932. Bien sûr, c’était quelque trente années avant qu’on envoie des engins sur la Lune, à une époque où une déclaration de ce genre ne relevait que de l’imagination. Des astronautes ont aujourd’hui pu confirmer que même la Grande Muraille ne peut être perçue depuis l’espace, sinon à basse altitude. Mais même dans ce cas, il est encore plus facile d’apercevoir les routes et les pistes d’atterrissage dont les couleurs, contrairement à celles de la Grande Muraille, ne se confondent pas avec le sol. Cela dit, le monument demeure tout aussi impressionnant.

Lire également : Voyage: 50 sites à explorer avant de mourir

6 / 17
Mythe: les caméléons changent de couleur pour s’adapter à leur environnementanna-om / Shutterstock

Mythe: les caméléons changent de couleur pour s’adapter à leur environnement

Les caméléons changent de couleur en étirant ou en relâchant des cristaux contenus dans leurs cellules, ce qui modifie la réflexion de la lumière. Ils ne peuvent toutefois pas choisir la couleur assortie à leur environnement et ces changements de couleur ne traduisent pas une intention de se camoufler.

En fait, les caméléons utilisent ces cristaux comme moyens de communication (les couleurs foncées sont signe d’agression, par exemple, lorsque la femelle ne veut pas s’accoupler) et comme régulateurs de température (les couleurs plus pâles reflètent la chaleur). Le brun et le vert ternes, les «couleurs de repos», se mêlent à l’environnement jusqu’à ce que le caméléon les change.

Mais il y a d’autres animaux qui sont passés maîtres dans l’art de disparaître: êtes-vous capables de repérer les animaux camouflés sur ces photos ?(en anglais seulement)

Lire également : Géographie : 30 mythes qu’on croit vrais

7 / 17
Mythe: l'homme de Néandertal était un ancêtre moins évolué de l’hommeprocy / Shutterstock

Mythe: l’homme de Néandertal était un ancêtre moins évolué de l’homme

D’abord, clarifions les choses: l’homme de Néandertal n’est pas l’ancêtre de l’homme moderne, aussi connu comme Homo sapiens. Les deux espèces ont vécu à la même époque, mais dans différentes régions du globe. Lorsque leurs chemins se sont finalement croisés, certaines preuves montrent qu’ils se seraient reproduits. Cependant, ces preuves n’indiquent pas que l’ homme de Néandertal était intellectuellement inférieur aux autres espèces.

En fait, des fossiles montrent qu’il fabriquait des outils, utilisait le feu, nettoyait ses dents, mangeait des plantes médicinales, enterrait les morts et soignait peut-être également les malades et les blessés. La théorie, selon laquelle l’Homo sapiens aurait éliminé son cousin néandertaliens, n’est plus retenue par les scientifiques. L’homme de Néandertal était probablement déjà en voie de disparition en raison de changements climatiques. L’Homo sapiens a de son côté réussi à survivre grâce au commerce, à son régime alimentaire varié et à ses outils novateurs.

Lire également : Vrai ou faux? Les 51 mythes les plus populaires déboulonnés

8 / 17
Mythe: la Terre est la seule planète à disposer d’eautrialhuni / Shutterstock

Mythe: la Terre est la seule planète à disposer d’eau

Bien sûr, il reste encore à trouver dans l’espace interstellaire une forme de vie intelligente qui subsisterait grâce à ses ressources en eau. On sait que l’oxyde d’hydrogène (H2O) n’est pas unique à la Terre. Des traces sombres observées à la surface de la planète Mars semblent indiquer la présence d’eau salée. Et la NASA a découvert, sous la couche de glace d’un satellite naturel de Jupiter appelé Europe, un océan contenant deux fois plus d’eau que sur la Terre. Ces planètes éloignées pourraient-elles également héberger une forme de vie intelligente? Seul le temps nous le dira.

Lire également : Stephen Hawking : l’homme cerveau

9 / 17
Mythe: il faut sept ans pour digérer une gomme à mâcherurii-stepanov / Shutterstock

Mythe: il faut sept ans pour digérer une gomme à mâcher

En réalité, nous ne sommes pas disposés à digérer de la gomme, pas même en sept ans. Cela ne signifie pas pour autant qu’elle restera coincée à l’intérieur de notre corps si on l’avale par accident: elle passera à travers le système digestif sans se décomposer, puis en ressortira, comme tout le reste. Si les enfants en avalent trop, elle pourrait obstruer leurs intestins, mais ce serait un cas très rare. Bref, ne paniquez pas si vous avalez votre gomme à mâcher…

Lire également : 6 mythes santé: vrais ou faux?

10 / 17
Mythe: les poissons rouges ont une mémoire de trois secondeslamyai / Shutterstock

Mythe: les poissons rouges ont une mémoire de trois secondes

Les poissons sont plus intelligents que l’on croit. Une étude a montré que les cichlidés africains, des poissons d’eau douce, étaient capables de mémoriser la zone d’alimentation d’un aquarium après avoir été déplacés dans un nouvel environnement pendant douze jours.

Si vous avez toujours la même conception des poissons rouges, sachez qu’une autre étude s’est intéressée spécifiquement à cette espèce en évaluant s’ils étaient capables de faire la différence entre deux airs de musique classique. Il leur a fallu du temps, mais après plus de cent séances, trois fois sur quatre les poissons réussissaient à mordre dans une perle associée à la bonne chanson. Si leur mémoire ne durait vraiment que trois secondes, ce genre de dressage ne serait pas possible.

11 / 17
Mythe: une pièce de monnaie tombant du haut de l’Empire State Building pourrait causer la mortnixx-photography / Shutterstock

Mythe: une pièce de monnaie tombant du haut de l’Empire State Building pourrait causer la mort

On raconte qu’une pièce de monnaie échappée du haut des 381 mètres de l’Empire State Building tomberait à une si grande vitesse qu’il pourrait entraîner la mort d’un passant.

En vérité, les dommages seraient bien moins graves. Selon le magazine Scientific American, la résistance de l’air, aussi appelée force de traînée, ferait en sorte que l’accélération de la pièce cesserait à environ 15 mètres de son point de départ. Jusqu’au sol, la vitesse maximale de la pièce serait de seulement 40 kilomètres à l’heure. Être atteint ainsi par le projectile peut certes être douloureux, mais il n’y aurait aucun crâne brisé. L’émission télévisée MythBusters a même poussé la théorie à l’extrême en tentant de voir si une pièce de monnaie lancée à une vitesse de 915 mètres par seconde pourrait arriver à briser des os — cela n’a pas été le cas.

Lire également : New York: Les 25 endroits à voir avant de mourir 

12 / 17
Mythe: devant le danger, les autruches s’enfoncent la tête dans le sablealeksandra-duda / Shutterstock

Mythe: devant le danger, les autruches s’enfoncent la tête dans le sable

Les autruches mourraient suffoquées si elles se mettaient vraiment la tête dans le sol. En fait, si un prédateur approche, elles couchent plutôt leur tête et leur cou, de couleur pâle, sur le sol afin de passer inaperçues. Selon le zoo de San Diego, c’est pour cette raison que les gens pensent apercevoir de loin la tête de ces oiseaux enfouie dans le sol.

13 / 17
Mythe: les opossums dorment suspendus par la queuerthoma / Shutterstock

Mythe: les opossums dorment suspendus par la queue

Vous avez peut-être déjà vu des dessins animés ou des photos d’opossums se prélassant, tête en bas, accrochés par leur queue. Bien que la queue des opossums soit assez forte pour s’agripper aux branches des arbres et pour supporter brièvement leur poids, les opossums adultes sont trop lourds pour se laisser ainsi pendre un long moment. Et sûrement pas pour dormir.

14 / 17
Mythe: le sucre rend les enfants surexcitésmax-lashcheuski / Shutterstock

Mythe: le sucre rend les enfants surexcités

Ne rejetez pas la faute sur le morceau de gâteau qu’il a mangé si votre enfant est turbulent lors d’une fête d’anniversaire. La théorie, selon laquelle les enfants deviendraient surexcités après avoir consommé du sucre, a vu le jour en 1978. Une étude voulant démontrer que les enfants ayant le syndrome d’hyperkinésie (un trouble d’hyperactivité) souffraient souvent d’hypoglycémie, ce qui peut être le signe d’une trop grande consommation de sucre. L’étude a par la suite été discréditée: on s’est rendu compte qu’un taux de sucre «anormalement bas» était en fait considéré comme normal.

Une étude menée en 1994 a révélé que les mères de garçons âgés de cinq à sept ans ayant reçu un placebo affirmaient plus facilement que leur enfant était surexcité après avoir été informé qu’il avait consommé une bonne dose de sucre. Est-ce le sucre qui explique l’excitation ou la liberté de s’exciter avec ses amis?

Lire également : Le sucre qui bousille votre cerveau

15 / 17
Mythe: la foudre ne frappe jamais au même endroitvisual-generation / Shutterstock

Mythe: la foudre ne frappe jamais au même endroit

Ceux qui s’y connaissent en paratonnerres savent qu’il est tout à fait possible que la foudre frappe au même endroit plus d’une fois. Par exemple, l’Empire State Building a déjà été frappé huit fois par la foudre en l’espace de 24 minutes lors d’un orage. Même sans paratonnerre, rien ne peut empêcher la foudre de frapper au même endroit. Selon le Laboratoire national des tempêtes violentes (NSSL), les caractéristiques qui ont «aimanté» la foudre une première fois, par exemple la hauteur du lieu, la présence d’eau stagnante et la dénivellation du terrain, demeurent tout aussi attrayantes pour qu’un second coup de foudre vienne s’y abattre.

16 / 17
Mythe: selon une croyance populaire médiévale, la Terre était plate, mais il s’agit en fait d’une sphère parfaitesolarseven / Shutterstock

Mythe: selon une croyance populaire médiévale, la Terre était plate, mais il s’agit en fait d’une sphère parfaite

Surprise: les deux croyances sont fausses! Les savants savent depuis des millénaires que la Terre est ronde. C’est vers 500 ans av. J.-C. qu’un philosophe grec a, le premier, avancé cette idée. Toutefois, c’est Aristote qui a su trouver des preuves matérielles pour la confirmer. Mais avant la fin du premier siècle de notre ère, toute personne éduquée – grecque ou romaine –, croyait que la Terre était ronde. Lorsque Christophe Colomb a entrepris son premier voyage, on craignait certes que les océans soient trop vastes, mais non que l’explorateur tombe de la surface de la Terre. Enfin, la révélation la plus étonnante concernant ce mythe reste que la Terre n’est pas une sphère parfaite: les pôles Nord et Sud sont légèrement aplatis.

Lire également : 15 faits intéressants sur la Lune

17 / 17
Mythe: les gènes déterminent la racerost9 / Shutterstock

Mythe: les gènes déterminent la race

Plusieurs croient – à tort! – qu’aux différences phénotypiques correspondent des différences génétiques. Selon l’Institut américain de recherche sur le génome humain (NHGRI), les humains partagent 99,9% de leurs gènes. Le 0,1% restant ne constitue pas un marqueur racial. En fait, une importante étude menée en 2002 a révélé que la diversité génétique est plus marquée entre les Africains d’origine qu’entre les Africains et les Eurasiens. Il est également possible de retracer l’origine de vos ancêtres à partir de vos gènes, mais cela ne crée pas de corrélation directe avec la race. Voici d’ailleurs un exemple concret: la drépanocytose n’est pas une maladie «africaine», comme on l’entend souvent; bien qu’elle touche plus souvent l’Afrique de l’Ouest. Les populations méditerranéennes, arabes et indiennes en sont également atteintes.

 

Vous aimerez aussi :

11 mythes sur l’infidélité que les experts veulent déboulonner

8 mythes populaires sur la beauté démystifiés

Les bizarreries du corps (enfin!) expliquées par la science

Tiré de Rd.com : 17 Science facts That Are Actually Not True